English version

Ce site est essentiellement consacré à mon principal hobby : le jeu de rôle (JdR). Pour les choses sérieuses, veuillez consulter mes pages web de l’Université Lyon 2.

 

Couverture Sous les pavés la fange
J’ai pouffé. Plusieurs fois. Genre, comme quand j’ai lu mes premiers San-A ou un certain roman sis dans une cité fluviale. Bref, Sous les pavés, la fange !, c’est si foutrement bien écrit que ça fait vraiment plaisir ! J’irais même jusqu’à dire que ça change de certains ouvrages de JdR plus laborieux à lire.

À part ça, que raconte ce supplément ? Tout sur les sous-sols de Wastburg et, pour changer, on n’est pas dans les égouts mais dans des carrières. Et l’auteur s’y connaît, en carrières souterraines. D’ailleurs, si j’avais une tout’ch’tite critique à émettre, c’est que j’aurais bien troqué quelques détails sur la manière de creuser des trous dans du calcaire et le vocabulaire qui va avec contre un supplément de scénario. Le scénar de la fin est en effet très bien, mais un chouia plus de développement n’aurait pas fait de mal.

À part ça, c’est un sans faute : le pourquoi de ces sous-sols tentaculaires sous Wastburg, le comment on y (sur)vit, les hauts lieux (si j’ose dire) et leurs habitants. Juste, c’est tellement une ville sous la ville que ça change tout de même pas mal la physionomie de Wastburg et, potentiellement, de votre campagne. Mais c’est assumé et le lecteur est prévenu. Un excellent cru wastburgeois, donc !

 

Couverture Casus Belli Hors Série #0
Suite à la promo PDF dont au sujet de laquelle je vous causais ci-dessous, j’ai aussi choppé ce hors-série Casus sur lequel j’avais fait l’impasse car seule l’aide de jeu Oblis m’intéressait réellement. Du coup, je l’ai bouquiné rapidos, car les aides de jeu et les scénarios ne me concernent toujours pas. Mais je me suis quand même attardé sur le début du mag, avec ses zoulies illustrations, quelques infos BBE inside, des interviews, Mongol & Gotha (mais sans doute trop en mode private joke pour moi). J’avais raté l’existence d’un JdR (une déclinaison de Chroniques Oubliées, en fait) d’animaux anthropomorphes adeptes du kung-fu (pas panda). Ç’aurait été dommage de ne pas me procurer ce HS rien que pour ça, j’espère y faire jouer. :) Et puis, bien sûr, la fameuse aide de jeu Oblis qui me fait espérer son retour dans Casus (courage, Raph !).

Bon, ben, bon dixième anniversaire à BBE avec deux ans de retard…

 

Couverture Des plans sur la tomette
Profitant d’une promo de BBE suite à mon réabonnement à Casus Belli, je me suis procuré quelques PDF de JdR, dont Des plans sur la tomette. Pour vous le décrire, je ne saurais mieux faire que citer le premier paragraphe de l’ouvrage.

Des Plans sur la Tomette est une collection de plans d’auberges, de tavernes, de logis, de boutiques, de palais et autres lieux où pourraient bien se dérouler bon nombre des aventures que vous proposez à vos joueurs.

On y trouve donc une trentaine de plans (plutôt médiévaux) prêts à l’usage, clairs, bien dessinés et plausibles (notamment, tous les murs ne sont pas droits, comme en vrai !). Bref, c’est chouette. Si j’avais une petite critique à formuler, c’est la surreprésentation des auberges, mais si vos parties commencent par « Vous êtes dans une auberge », c’est pour vous.

 

Couverture JdR Mag 34
Heureusement que les rédacs’chefs vont « chercher des gens qui ont quelque chose à dire », parce qu’ils semblent encore en panne d’inspiration dans leur édito. Urgence du bouclage ? En tout cas, ils ne mentent pas, entre les trois interviews de début de numéro (que j’ai trouvées bien calibrées, variées et intéressantes) et les points de vue d’auteurs développés dans la rubrique Aspirine. Ces derniers, au delà d’éléments anecdotiques mais néanmoins plaisants, mettent en perspective la notion de jeu indépendant, qui n’a en fait guère de sens, et surtout en lumière celle d’auteur indépendant, à travers des démarches assez variées, de la posture un peu prétentieuse de faire avancer le JdR grâce à telle approche à des cheminements plus personnels, voire politiques (mais sans prosélytisme prise de tête). Bref, de quoi réfléchir sur notre hobby sans que ce soit uniquement au niveau des mécaniques de jeu. Juste une petite mesquinerie, page 103, l’illustration indique « indépendants forverer ». « Forts rêveurs » eut été plus approprié ! :-)

Comme au précédent numéro, les critiques de jeux mêlent savamment le mainstream et le plus confidentiel et évitent les redites trop flagrantes avec la concurrence. C’est bien vu. Comme je ne lis pas la plupart des scénarios, il ne me reste pas grand-chose à chroniquer. L’aide de jeu à base de tarot aurait gagné à être générique plutôt que d’utiliser le jeu de Jadis (qui a toutefois l’air joliment illustré). Les inspirations sont sympathiques (sauf que la Bible du MJ, c’est un autre bouquin que Mener des parties de jeu de rôle). Conclusion ? Un numéro sympa à lire cet été !

 

Sub Rosa 18 - Cover
Je suis de nouveau à la bourre dans ma lecture de Sub Rosa. Ce nouveau numéro, derrière une couverture magnifique de Jeff Menges (et une ou deux illustrations intérieures — malheureusement, les autres ne sont pas aussi belles), est majoritairement consacré à un bestiaire. « Beuargh », me grognerez vous ? Et bien non, car c’est un bestiaire à la Ars Magica, avec des créatures qui ont une histoire, des motivations, qui sont le plus souvent inspirées du folklore et n’ont pas nécessairement vocation à être massacrées à coups de boules de feu. Ajoutez-y deux ou trois autres articles également chouettes et vous apprécierez, surtout si vous êtes un hardcore fan d’Ars Magica.

 
Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button