English version

Ce site est essentiellement consacré à mon principal hobby : le jeu de rôle (JdR). Pour les choses sérieuses, veuillez consulter mes pages web de l’Université Lyon 2.

Couverture Casus belli 38
Cette fois-ci, je suis dans les temps. Muhaha ! Allez, je turbo-survole l’édito (qui redevient normal), les critiques, les news et les inspis connexes (tout est « plus » dans l’Casus) pour foncer sur les scénarios. Je suis gâté : un beau 3 sur 5 dans mon scope (oui, j’ai décidé de me la péter aujourd’hui).

Le premier scénar, sis à Laelith, est la suite des deux précédents. J’ai encore eu du mal, l’ayant trouvé touffu en termes de rédaction et peu accessible pour ceux qui n’ont pas (encore) lu le bouquin. Par exemple, il y a visiblement des streums de D&D que je ne connais pas et ne pas les décrire en deux mots m’a gêné. Peut-être aussi que je préférais des histoires plus géographiquement variées plutôt que centrées sur un quartier. Le deuxième scénar, pour The Expanse, m’a immédiatement rappelé quelque chose. Et pour cause, c’est celui qui était filé en bonus dans le foulancement et que j’ai déjà chroniqué. Bon, je m’en doutais à l’avance vu sa mise en page. 🙂 Le troisième, pour Aquablue, ne m’a pas spécialement plu. Sans spoiler, il est découpé en deux parties (pratiquement deux scènes seulement) sans lien autre que mécanique, avec des antagonistes uniformes (ha ha !) et unidimensionnels, ainsi que des conséquences potentielles un peu too much.

Passons aux aides de jeu. Bâtisses & Artifices m’a fait la même impression qu’au précédent numéro. J’ai trouvé l’accroche excellente, mais ensuite, c’est trop long, verbeux et ça ressemble plus à un scénar D&D qu’autre chose. En revanche, le guide aléatoire d’exploration du cloaque de Laelith m’a beaucoup plus amusé, bien que je ne sois pas 100 % fan des tables aléatoires. Ici, c’est parfaitement adéquat. MJ Only (comment incruster les histoires persos des PJ sans lourder tout le monde) et PJ Only (jouer des espèces non-humaines — ce qui fait partiellement écho à un fil de CasusNO qui court en ce moment) sont clairs, concis et bien vus.

On en arrive aux rubriques de fin, avec deux chroniques archéorôlistes de bon aloi (Shadowrun et, moins connu, Indiana Jones), puis une nouvelle rubrique consacrée à une rôliste qui a démarré à l’âge adulte directement en ligne et va partager son expérience au fil des numéros. Profil intéressant ! Une seconde femme est à l’honneur dans le premier entretien. C’est plus anecdotique (elle y raconte sa vie de rôliste), mais ça montre qu’on peut être geekette et avoir une jolie carrière (en soulignant les apports du JdR), s’il en était besoin. Le second entretien est celui d’un libraire marseillais qui a réussi à monter un rayon JdR à son taf, entre autres activités ludiques intenses (chapeau !). Enfin, un prof d’histoire-géo en collège nous explique comment il concilie JdR et enseignement. Encore une rubrique à épisodes que je vais attendre avec impatience ! J’ai souri à un moment, quand est évoqué la priorité du club JdR pour manger avant tout le monde au self. J’avais argumenté pour ça et obtenu gain de cause pour tous les jours de la semaine auprès du TUC (pour vous situer la période antédiluvienne) en charge des clubs. 🙂

Voilà, voilà, vivement CB #39 !

Logo The Expanse RPG
Le générateur de persos adopte dorénavant la traduction officielle de The Expanse.

Couverture Dossiers en soufrance
Après Métapole, Dossiers en souffrance est le second supplément pour la Sproule. Passés les inévitables conseils (il faut croire que ce n’est pas si simple de jouer by l’Apocalypse), on plonge dans un recueil de 14 scénarios (160 pages en tout) de complexité croissante, le plus souvent accompagnés de plus de conseils.

C’est difficile d’en dire plus sous peine de spoiler, encore que, comme on joue « pour voir ce qui va se passer », chaque scénar est surtout une situation de départ et quelques guidelines et outils qui sont fournis – voire un petit bac à sable pour les scénarios les plus complets.

Bien que les missions soient variées, c’est une chouille répétitif et, pour tout dire, chiant à la lecture. Aussi, je vous conseillerais (mince, je deviens un adepte de l’Apocalypse) de ne pas lire le livret cover to cover comme je l’ai fait.

Bon, bon, bon. Tout ça renforce encore chez moi l’impression de difficulté à maîtriser la Sproule. En plus, mes complices habituels n’ont pas eu l’air d’être emballé·es par l’Apocalypse. Mais si je trouve le temps (vieille rengaine), je tente un solo.

Couverture The Grand Grimoire of Hermetic Spells
Wahou ! Je ne pensais pas revoir un supplément officiel Ars Magica avant un bout de temps. The Grand Grimoire of Hermetic Spells est un recueil des sortilèges parus dans tous les ouvrages de la 5e édition. Autant dire que ça fait pas mal (268 pages, pour être précis).

Et en plus, c’est gratuit.

Et en plus, les errata ont été inclus dans ce PDF.

Et en plus, il y a un index.

Bref, à télécharger d’urgence ! Et merci aux fous furieux qui ont compilé tout ça.

Couverture Architeutis n° 1
Architeuthis est « le magazine des poulpes rôlistes » (allusion à Cthulhu ? Apparemment pas), qui paraît en kiosque et était longtemps passé sous mon radar avant que je tombe dessus par hasard sur CasusNO. Coup de bol, ce n° 1 est dispo gratuitement.

Bon. Magazine, magazine, forme et fond me font (oui, c’est volontaire) plutôt penser à un fanzine des années 90, avec sa charte graphique à base de poulpes en couleurs, aucune autre illustration originale, un PDF pas bien stable, un édito hors-sol, du remplissage (le palmarès du Graal d’or depuis 2018, on fait mieux comme actualité). Allez, je m’arrête là, parce que tout n’est pas à jeter non plus.

Le parti pris du rédac’ chef est de mettre en valeur la production française, qu’elle soit professionnelle ou plus amateure et donc moins en lumière. Des auteur·es sont donc invité·es à présenter leur bébé en toute liberté (quelques contraintes éditoriales auraient cependant été salutaires pour certain·es, moins à l’aise dans cet exercice). On trouve aussi dans ce numéro un JdR complet fort sympathique, même si j’ai au premier abord cru que c’était encore une présentation (on n’est pas trop prévenu).

Enfin, Architeuthis propose des dossiers, l’un pour choisir un JdR pour ses enfants, l’autre qui revient en détail sur la saga galère Sans Détour. C’est l’analyse la plus exhaustive et précise sur le sujet, même si l’auteur a trop tendance à laisser au lecteur ou à la lectrice le soin d’en tirer des conclusions pas toutes hyper-évidentes. Mais le graphique qui décortique la galaxie de sociétés impliquées dans l’histoire vaut son pesant de cacahuètes, ainsi que la trajectoire d’un visible liquidateur de sociétés en série.

Que dire en conclusion ? Le n° 2 passe à 7,90 € (pour 6 € pour le n° 1 – ce n’est pas évident financièrement, la stratégie de la sortie en kiosque ; d’autres s’y sont cassé les dents). Ma stratégie sera donc attendre d’en savoir plus sur les sommaires des numéros à venir avant d’acheter ceux qui m’intéresseront.

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter
Recherche
Archives
Add Free Blog button
Haut de page
Skip to content