Couverture D&D Otus
Ça fait plusieurs fois qu’au détour du net, je suis tenté de ou incité à raconter mes débuts en jeu de rôle. Comme j’en ai marre de réécrire un peu la même chose à chaque fois, autant l’archiver à la maison, non ?

Un collège de campagne dans les années 80

Je suis en 4ème. Mon prof d’Anglais a eu la bonne idée de faire un échange avec un collègue américain, dont le fils est dans ma classe. On sympathise. Dès le début de l’année, il nous montre des feuilles de perso de « di-ène-di ». On n’y entrave que pouic (c’était du AD&D avec des FdP hyper-denses), mais ça et le Seigneur des Anneaux commencent à nous faire triper. Plus tard dans l’année, des 3ème ouvrent un club D&D entre midi et deux… En voiture, Elrond!

La création de perso

On s’installe dans une salle de classe. Préalable à toute partie : créer un personnage. Je lance des dés, je garde des meilleurs (oui, les règles maison avaient déjà cours, pas fous !). Malgré tout, on tirait les caracs dans l’ordre. Le MJ les regarde d’un air dubitatif. « Ben, tu peux être clerc. » C’était pas clair, mais j’opine du chef. Un jet de dé plus tard pour obtenir les points de vie de mon perso (dont j’ai oublié le nom, vous allez comprendre pourquoi dans un instant) et c’est bouclé !

L’aventure, c’est l’aventure

Le MJ dessine un Ω au tableau. Incompréhension dissimulée. « Vous êtes devant une grotte. » Les autres, en chœur : « On entre !
– À l’intérieur, il y a des gobelours (des quoi donc ?).
– On attaque ! »
Quelques brefs instants plus tard, le MJ m’annonce : « Tu perds 18 PV. Il t’en reste combien ? »
Euh, mon perso en avait 6. Bien embêté, le MJ essaye de se raccrocher à une règle d’AD&D qui dit qu’un personnage de clabote qu’à -10, mais peine perdue, ce n’est pas suffisant. « Ben, t’es mort. »

Tout de suite, la suite

Croyez-moi ou pas, ça m’a plu, je suis revenu au club D&D. J’ai acheté le jeu, des dés, je me suis abonné à Casus. La totale. J’ai même pris la tête du club D&D avec un pote l’année d’après. C’était du joyeux grosbillisme et j’ai fini par craquer sur le demi-tinigens armé d’une épée à deux mains. Du coup, on a lancé le club Jeux de rôle avec d’autres potes (dont certains font toujours partie de mes meilleurs amis). En plus d’être prioritaires au self tous les jours (« Oui, Madame la CPE, c’est que les parties durent longtemps… »), on a pu tester plein d’autres jeux que D&D (l’Oeil Noir, Mega, Féerie… sans parler des jeux maisons erzatz de Star Frontiers ou inspirés des parties de rugball de l’anime Cobra). Avec le recul, c’était encore grosb’, mais on était sorti des donjons, ce n’était déjà pas si mal.

Bref, c’était le bon temps, ma bonne dame. Mais ce qui est bien, c’est que ça dure depuis. 🙂

3 réponses à to “Toute première fois”

  • florent says:

    étonnant comme cette première création de perso est un souvenir quasi inoubliable…Je ne me souviens plus du perso, mais je me souviens d’où, et de avec qui, personnes avec qui je suis toujours en contact également…Par contre, les parties ont sérieusement diminué…(1 par an ?)

  • Imaginos says:

    Prioritaires au self ?
    Celle-là, il fallait y penser ! 🙂
    Et vous aviez double ration aussi ? C’est que c’est physique, crapahuter, se battre, grimper, etc… 😉

  • didier69 says:

    C’est sympa comme flashback :). J’étais un peu plus âgé pour ma première fois et c’était de l’AD&D maison. Je me suis retrouvé avec une troupe de vieux (entre 25 et 30 ans) qui fumaient comme des pompiers autour de la table. Le MJ faisait une thèse en sociologie sur les dessins animés japonais de l’époque, et bien sûr masterisait pour ses amis. Bref une première inoubliable j’ai encore des souvenirs de PJ fouillés et des odeurs de tabac à pipe qui me reviennent.

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button