Boîte Adventure party
Adventure party est un jeu de rôle, pardon ! « Un jeu de société dont vous êtes les héros » destiné aux enfants à partir de dix ans. Il se présente sous la forme d’une boîte de dimensions un peu surprenantes (de quoi contenir des petits livrets au format A5), mais tout à fait jolie. Présenté comme « au croisement du jeu de société, du jeu de rôle et de la murder party « , c’est tout de même clairement un JdR pour moi, malgré les pions pour marquer les points de vie et les cartes qui figurent les personnages, leurs pouvoirs et quelques aides de jeu. Pas de plateau, pas de déguisement.

Les règles sont, comme on pouvait s’y attendre, très simples : 1d6 + un score de compétence ; si le résultat est supérieur ou égal à 6, l’action est réussie. Le tout est assorti d’un possible bonus ou malus. En opposition, le plus haut score l’emporte. Impeccable. On aurait sans doute pu se passer d’une ou deux options typiquement rôlistes, comme aller comparer le score de compétence en cas d’égalité dans une opposition (au lieu de, par exemple, simplement relancer les dés). Mais bon, le contrat est clairement rempli.

Tout ça est fourni avec un livret de quatre scénarios. Très linéaires (volontairement, selon toutes probabilités), ils forment une série d’énigmes et de combats, dans une ambiance arthurienne fort agréable et un crescendo bien mené. Le MJ est bien pris par la main, avec des descriptions à lire, des explications et les embranchements de l’histoire (fort peu nombreux) clairement indiqués.

On me chuchote dans l’oreillette qu’il faut chipoter un peu dans une critique digne de ce nom, alors allons-y. Sans être moche (à part les marqueurs de points de vie), le matériel n’est pas extraordinaire. Les cartes en couleur représentant les personnages sont jolies, mais les autres sont principalement textuelles. Seul le livret de scénarios est doté d’une couverture couleur ; les feuilles de personnage et le livret de règles sont, eux, plutôt ternes. Ah, et de façon assez incompréhensible car le texte est globalement de bonne facture, les auteurs confondent les verbes serrer et servir. Ça fait bizarre. J’espère que les générations entières d’enfants qui se sont servis (serrés ?) du jeu pour découvrir le JdR ne perpétueront pas cette erreur ! 🙂

Cela dit, je ne regrette pas mon achat une seconde (d’autant qu’il était d’occase, uh uh) et il est certain que je vais rentabiliser cet investissement.

2 réponses à to “Adventure party: les compagnons du roi Norgal”

  • Didier says:

    Est-ce que l’histoire est compréhensible par des enfants de 6 à 8 ans selon toi ou faut-il qu’ils soient un peu plus âgés ?

    • Jérôme says:

      Comme pour CO, je ne pense pas que des enfants de 6-8 ans puissent prendre le jeu en main seuls. Mais être joueurs, sans problème !

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button