Couverture
Et la nuit résonnera de mille crimes est un scénario Wastburg du genre velu, avec quatre fils rouges qui s’entrecroisent sur fond de nuit de foliiiie (de beuverie, en fait), bref, du genre qui donne du fil à retordre au MJ et qui épuise (du moins, il faut l’espérer) les joueurs. Tout ça a l’air bien, bien fun, mais je pense me faire un aide-mémoire un peu plus conséquent que la chronologie sèche proposée en matière d’aide de jeu (genre, en faisant apparaître les enchaînements au sein des différentes intrigues).

En parlant d’aide de jeu, il y en avait une alléchante à propos de l’argent à Wastburg. C’est vrai, les gardoches peuvent choper des gelders à la création, mais on ne sais pas comment les dépenser. Las ! On n’en saura pas plus, « Causons d’artiche » reste le cul entre deux chaises, dans l’abstrait et nous propose des règles d’emprunt pas bien utiles là où on attendait du concret. Le pompon, c’est l’exemple (au demeurant amusant à lire) qui nous parle d’un emprunt de 1000 gelders sans qu’on ne puisse se rendre compte si c’est une grosse ou une très grosse somme. Bref, on n’aura appris que dans le scénario qu’une dizaine de gelders, c’est insultant comme pot-de-vin pour des gardoches. C’est maigre.

Mais trêve de râlerie car, quand même, globalement, « qui dit Wastburg, dit on va bien se marrer ».

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button