Couverture LdG
Ce n’est rien de dire que le jeu de rôle Légendes de la Garde, tiré de la sympathique BD éponyme, s’est fait attendre en version française suite à son financement participatif.

Mais foin de ces considérations mesquines, ouvrons la jolie boite (que j’espère plus solide qu’elle ne paraît). Outre le manuel de règles, elle contient un petit livret avec des règles complémentaires et surtout des scénarios, un écran, des feuilles de perso et de meujeu, des dés, des cartes qui promettent d’être bien pratiques en jeu, une carte des territoires des souris et des figurines à poser dessus pour faire comme dans la BD (c’est dispensable, je ne suis pas fan des couleurs, mais c’est rigolo). Dernier point de forme : la traduction. Même si elle est loin d’être irréprochable (trop littérale par endroits ; j’ai aussi repéré quelques faux amis), elle est cent coudées au-dessus de celle de Traveller. J’ai toutefois été surpris d’apprendre que les écureuils étaient des charognards (il est rare que je pouffe en lisant un JdR), mais je ne sais pas si c’est dû à une trad’ malheureuse ou à la VO.

En ce qui concerne le jeu lui-même, je m’attendais à quelque chose de plutôt simple, faisant la part belle entre les relations entre personnages. Pour la deuxième partie, pas de souci, mais pour la simplicité, on repassera. L’auteur est encore plus maniaque que moi : tout n’est que procédures, sous-règles et éléments redondants (attributs et compétences, deux types de « points d’expérience »). Pour couronner le tout, je ne trouve pas le bouquin très bien structuré et les nombreuses répétitions amènent plus de lassitude qu’elles n’ont d’intérêt pédagogique. Enfin, la structure imposée des scénarios les rend stéréotypés et linéaires, et ceux proposés dans le bouquin de base son carrément indigents. Je n’ai rien contre le character centered, mais je n’ai pas envie de ne compter que sur ça pour passer une bonne soirée.

Mais malgré tout (et un peu grâce à la campagne made in France qui, tout en respectant les codes du jeu, les tord tout de même un peu), j’ai furieusement envie d’essayer (j’aime la BD et une bonne partie des règles me semble en rendre l’ambiance), by the book ou un peu moins, n’en déplaise à Mr. Crane, qui veut apparemment qu’on suive ses règles à la lettre. Je ne suis pas sûr que mes camarades de jeu habituels soient enthousiastes à l’idée de jouer des souris, mais je trouverai, je trouverai… Et je vous en recauserai vraisemblablement.

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button