Ces chroniques narrent les aventures des personnages de l’alliance de Cnossos, jouées avec Ars Magica light. Scénario : adaptation de « A Musical Murder Mystery », Tales of Mythic Europe, 107-124.

Suite à la mort étrange de Baudoin, le musicien franc du magistrat Theodorus Melissenoi marié à une fille du cru, les mages sont appelés au petit village de Pigi. Après distraction du Père Ricardo, l’examen du corps révèle un déséquilibre extrême des humeurs ayant entraîné une crise cardiaque. Suite à ces constatations, les mages enquêtent rapidement dans la maison du défunt, où ils découvrent ses instruments fracassés, ainsi que des traces que quelqu’un a observé la scène avant de s’enfuir en direction de la forêt. La veuve, Maria, accuse Panos le forgeron d’avoir tué son mari, qui refusait de lui céder la main de leur fille, Olivia, qui a disparu. Parallèlement, les mages entendent parler d’une autre mort suspecte ayant eu lieu quelques jours plus tôt, celle de Paulos, un baladin itinérant. Vérification faite, Paulos présente le même déséquilibre des humeurs que Baudoin. Les arbres près du lieu de sa mort se « souviennent » d’une mélodie étrange. Les mages suspectent qu’une puissante magie est à l’œuvre. En suivant la piste de la forêt, ils découvrent Olivia, recueillie par l’ermite Thomas, prostrée, incapable de faire quoi que ce soit d’autre que de murmurer une mélodie étrange… Malgré le déséquilibre de ses humeurs, elle a survécu, mais semble folle à lier. Un puissant sortilège lancé par Themistocles permet de lui rendre sa lucidité pendant quelques instants et de « voir » dans ses souvenirs son père rendu fou fracasser ses propres instruments, sous les yeux d’une mystérieuse silhouette encapuchonnée jouant de la flute dans l’encadrement de la porte.

Après avoir passé la nuit dans la grange de Christos, qui fait office d’aubergiste, les mages font une nouvelle macabre découverte au petit matin. Horace, qui avait chanté à l’enterrement de Baudoin la veille et s’était disputé avec le Père Ricardo pour une raison inconnue, est retrouvé mort sur le seuil de l’église. Même symptômes, même flutiste dans les parages suite à une divination magique. Le seul joueur de pipeau du village est un jeune pâtre, Jeremiah, que les mages soupçonnent d’autant moins qu’ils trouvent des traces de sandales où se tenait le flutiste, alors que Jeremiah marche pieds nus. Des sandales identifiées comme appartenant à Bartolomé, un musicien de passage, lui aussi logé chez Christos. Sur ces entrefaites, un envoyé du magistrat, Nikos, arrive pour enquêter, flanqué de deux gardes, mais les mages ont vite fait de l’embobiner pour se ruer dans les montagnes à la recherche de Jeremiah et Bartolomé, qu’ils parviennent à capturer avant qu’il ne tue le jeune pâtre « afin que la musique de sa flute ne soit plus polluée », en ayant pris la précaution de se boucher les oreilles au préalable par divers moyens.

Bartolomé (irrémédiablement corrompu par la flute) livré à Nikos, les mages ont l’occasion de rencontrer Theodorus Melissenoi qui, pour les remercier, leur laisse le droit de séjourner sur ses terres. Ils parviennent aussi à rendre sa santé mentale à Olivia grâce à une communion de magiciens. Reste à percer les mystères de la flute, identifiée comme magique et évidemment extrêmement dangereuse. Malgré deux saisons d’étude, Merdhadi ne parviendra pas à en percer les secrets…

2 réponses à to “Chroniques de Cnossos (automne 1221) : mystère musical”

  • Khrys says:

    salut!

    je trouve Ars Magical Light plus accessible pour les débutants.
    Je n’y ai pas joué (car je n’ai plus de joueurs), mais une petite critique bonne ou non à prendre:

    – compétence Survie (survie, chasse, connaissance animaux) serait mieux nommée en chasse puisqu’un chasseur connait son environnement pour y survivre, et les animaux pour leurs habitudes, leur habitat, et ainsi pour mieux les chasser.

    voilà pour la critique

    pour les « plus », le passage au D6 rend moins aléatoire l’utilisation des compétences, et le niveau est mieux valorisé.
    la difficultés d’un sort = magnitude + 6 simplifie beaucoup le type de lancer, et le rend compatible avec les compétences vulgaires.

    bon travail de simplification, qui permettra à des jeunes où des gens moins sensible à la précision et à la complexité de ArM5 de pouvoir jouer plus facilement.

    A+

Laisser une réponse à Jérôme

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button