Couverture Casus Belli 10
Wouhou ! Ce numéro de Casus est à l’heure ! Bon, du coup, les relecteurs n’ont pas eu le temps d’accorder un paquet de verbes au pluriel, mais ne boudons pas notre plaisir. Cela dit, ce numéro a été assez vite lu car j’ai zappé pas mal de choses pour des raisons plus ou moins avouables. J’ai noté dans l’actualité pas de chez nous l’apparition d’Atlas Games (halleluia !). On n’en est pas encore aux annonces concernant Ars Magica, mais ça progresse. Rien ne m’a vraiment accroché dans les nouveautés (mais ça, ce n’est pas de la faute de Casus). Scénarios : zappés (même raison que d’habitude). Chroniques Oubliées contemporaines : zappées (je nous en causais dans ma chronique du numéro 9). En revanche, je me suis régalé avec les aides de jeu, dont je retiendrai surtout celle sur Venise en l’an 800 et le scénario qui va avec, que je vais m’empresser d’adapter pour ma saga crétoise d’Ars Magica, qui se déroule à une époque (plus tardive, mais ça ne gêne pas) où la Crète est sous domination vénitienne. L’interview de Fred Weil est très instructive et jette une lumière différente sur le manifeste du 10e art paru dans la première incarnation de Casus. Du ping pong censé nous éclairer sur Fate, je ne ressors pas plus convaincu qu’à ma lecture de Fate édition accélérée. Enfin, à noter, Krok change de scénariste. Pour l’instant, on fait table rase du passé façon Disneyland. Suite au prochain numéro !

2 réponses à to “Casus Belli #10”

Laisser une réponse à Jérôme

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button