On a beau faire son blasé possédant les précédents numéros 1 de CB, ça fait quand même plaisir de revoir ce titre en kiosque (même si ce fut un parcours du combattant pour le trouver).

Premier feuilletage : la forme me plait. J’aime bien la maquette, que je trouve sobre et élégante. Seule la partie scénars est un peu plus tristounette (faut que ça rentre, j’imagine). Autre point sympa : les rédacteurs savent écrire (très peu de fautes, et des vicieuses, dans tout le mag). Je ne suis pas loin d’y voir une marque de professionnalisme.

Sur le fond, ben je ne suis pas loin de tout aimer. C’est sans doute le dossier qui m’a le moins interpellé, mais j’ai trouvé le reste intéressant (je n’ai pas lu tous les scénars, soit pour être joueur, soit parce que ce ne sont pas des jeux que je pratique bien que j’aie lu le Devâstra par curiosité). Les critiques mériteraient d’être plus systématiquement basées sur des critères communs, mais j’imagine que ça va s’affiner dans les numéros à venir.

Au chapitre des (petits) regrets (tout de même), si je comprends le positionnement « tout JdR » par rapport à Casus 2 (dont l’ouverture avait énervé plein de rôlistes au-delà de toute mesure AMHA), les inspis littéraires, cinématographiques et vidéoludiques de Casus 1 me manquent. De même, une rubrique consacrée à la production étrangère serait très appréciable.

Ah oui, et il manque Canis Bellus. :twisted: Funky soul, baby!

Je vais m’abonner de ce pas.

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button