Couverture Di6dent 12

Bon, je vais être honnête, j’ai acheté ce numéro pour le scénario City Hall, étant gavé d’actualité par Casus Belli et le Maraudeur. En retard, en plus, car j’ai raté l’annonce de sa sortie. À part ce scénario, sur lequel je vais revenir, j’ai trouvé intéressants les interviews nombreuses, les articles sur les jeux sérieux et caritatifs (euh, respectivement — il manque au passage Blue Planet v1 dans le panorama des jeux soutenant une cause, la Fondation Cousteau en l’occurrence) et la critique de Ryuutama. Je suis un peu partagé par le thema sur les jeux drôles, tantôt brillant, tantôt tournant un peu en rond, faute de réel grain à moudre.

Le scénario City Hall, donc, mêle agréablement enquête (pas trop musclée), action (raisonnablement musclée), rebondissements (n’en disons pas plus !) et références aliasesques (non, ce n’est pas sale — j’ai repéré le Scooby Gang et Dr Quinn femme médecin, mais il faudrait que je relise tout depuis le début, du coup, de peur d’en avoir manquées par inattention). Au chapitre des bémols, deux petites incohérences à la fin (un Irlandais à l’accent écossais et un PNJ situé à deux endroits en même temps — je suis vague exprès), mais vous avez compris que j’ai bien aimé quand même.

Reste le gros scénario Star Wars l’Ère de la Rébellion que je fais refiler à mon meujeu, même si notre groupe est encore paumé aux Confins de l’Empire.

2 réponses à to “Di6dent n° 12”

  • Alias dit :

    Ah, tiens, l’accent écossais, c’est visiblement une erreur qui n’a pas été repérée après moult lectures, quant au PNJ, si c’est bien celui que je pense, c’est juste qu’il y a un certain temps qui s’écoule entre X et Y.

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button