Couverture SlF
Sur les frontières est un jeu que j’ai hésité à acquérir. Des jeunes gens envoyés sur les frontières d’un empire vaguement antique ? Alléchant ! Des illustrations qui ne sont pas ma tasse de thé… Et la promesse d’un cadre dramatique. Faut voir. Puis je me suis soudain rendu compte que le PDF coûtait 5 €. C’est tout vu !

Alors, que trouve-t-on sur les frontières ? Un empire à son apogée, dirigé par un empereur immortel, entouré de frontières peuplées de barbares et de monstres. C’est tout ! Le reste, c’est aux joueurs de le co-construire, à coup de tables de choix (pour les personnages) ou aléatoires (pour le bled où ces derniers sont envoyés pour devenir des héros ou mourir). Il faut surtout les prendre pour des exemples, encore qu’elles soient revendiquées comme représentatives de l’ambiance voulue par l’auteur. Je suis partagé à propos des tables aléatoires. Autant les monstres errants, ça n’a jamais été mon truc, autant je confesse avoir utilisé le générateur aléatoire de scénarios de James Bond 007. Encore faut-il savoir ne pas tout appliquer à la lettre.

Un petit détour par les règles, plutôt simples : trois caractéristiques ; 1d6 + le niveau de carac, dont la somme donne un nombre de succès, qui doivent dépasser une difficulté. La lecture directe sur le dé aurait été plus élégante, mais ce passage par les succès trouve sa cohérence dans les règles de confrontation. Au passage, pas question d’y aller la fleur au glaive, car les états de santé passent vite à blessé, mutilé, puis mort (et c’est à peu près pareil pour les dommages mentaux et sociaux). On peut se consoler en jouant un fantôme, mais à la lecture du jeu, ça n’a pas l’air passionnant, passionnant.

Revenons à notre voyage du héros. Ce n’est pas tout à fait celui du lien qui précède, mais il se déroule également en douze étapes obligatoires, dont un seul des personnages sortira vainqueur (les autres pouvant l’aider ou non sous forme de fantômes ou de compagnons une fois éliminés). Ce systématisme me rebute, même si certaines épreuves sont passées par tous les personnages ensemble. De plus, malgré des conseils qui mériteraient d’être illustrés d’exemples (de parties, de scènes) pour être plus concrets, c’est un peu demerden Sie sich, tout ça.

En résumé, j’aurais sans doute plus aimé Sur les frontières, le jeu apéro, que cette version « campagne ».

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button