Ces chroniques narrent les aventures des personnages de l’alliance de Cnossos, jouées avec Ars Magica light. Scénario adapté de « Mort à l’arrivée » (Cthulhu 800), Casus Belli #10.

En cette fin d’année 1222, l’alliance de Cnossos a accueilli deux nouvelles mages, Alice de la maison Merinita et Theodora de la maison Bonisagus. À peine étaient-elles installées qu’un messager du Doge mandait tous les mages à Candie. Le Doge, très satisfait de leur résolution du « problème Talos », leur confie une nouvelle mission délicate. Deux de ses plus proches conseillers, le magistrat Gabrielle Barozzi et le noble marchand Icelio Tradenico, ont disparu il y a trois jours sans que sa police secrète ne puisse faire mieux que lui rapporter des rumeurs sur un culte mystérieux.

Une enquête poussée dans les ruines du palais Barozzi incendié et auprès de l’homme de confiance de Tradenico amène les mages à soupçonner le magistrat peu apprécié de quelque malversation. Juste avant sa disparition et celle de Tradenico, il a notamment eu une entrevue avec ce dernier et un moine mystérieux dont le crucifix en pendentif était en forme de trident, objet identifié comme relié à l’antique culte de Poséidon. Après une visite auprès de l’acariâtre abbé Soranzo (auquel Hypathie dérobe au passage un ouvrage hermétique qu’il tentait de dissimuler), les soupçons des mages se renforcent et ils partent à la suite de Barozzi au monastère de San Giacomo, sur la côte à l’ouest de Candie.

Ils y découvrent bien vite qu’une bonne partie des moines sont des adeptes de Poséidon. Après avoir trouvé des souterrains sous le monastère, ils parviennent à en délivrer Tradenico, complice malgré lui, mais se retrouvent au beau milieu d’une cérémonie sacrificielle face à une cinquantaine de fanatiques menés par Barozzi et son frère l’abbé. À coup de sortilèges plus ou moins subtils (pyrotechnie, sommeil…) ils parviennent non sans quelques frayeurs à s’en sortir, à capturer Barozzi et à mettre au jour et sa véritable nature, celle d’un sataniste qui abusait la plupart des adeptes de Poséidon, et son objectif : assassiner le Doge au profit des Génois. Malgré une tentative de fuite, l’abbé, qui tentait de sauver des manuscrits occultes, est lui aussi rattrapé, à la grande satisfaction du Doge qui peut dès lors facilement arrêter les autres participants au complot.

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button