Couverture Faith & Flame
Comme son sous-titre l’indique, ce supplément est consacré au tribunal provençal, le mal nommé. Il évoquera certainement un peu de nostalgie chez ceux qui ont découvert Ars Magica avec sa première version française (la 3e édition du jeu), qui l’utilisait comme cadre par défaut.

La structure du livret est classique pour ce type de supplément : un chapitre sur l’histoire et la culture du coin, qui mentionne les alliances hermétiques ; un chapitre sur la culture hermétique avec plus d’infos sur les alliances, les factions et les cultes locaux ; puis la description région par région de toute la zone, avec les alliances enfin en détail et des amorces de scénario à la pelle.

J’ai trouvé ce supplément tribunal reposant, entendez par là qu’il est relativement standard, sans coutumes outrageusement exotiques ni tombereaux de traditions magiques originales. Pour autant, il ne manque pas d’intérêt, ne serait-ce que par le contexte dominé par la croisade contre les Albigeois, qui force les alliances à se positionner ou à être emportées par la fureur des événements, ce qui provoque inévitablement des conflits internes à l’Ordre d’Hermès. Bref, c’est sobre et bon.

Si j’ai un petit regret, c’est que les alliances que nous connaissions en 1197, toutes ces alliances, sont rayées de la carte, qui par la croisade, qui par un collègue mage vengeur pour une raison mal établie. Même Bellaquin, la seule survivante, n’a plus grand chose à voir avec ce qu’elle était, et Doisetep a purement et simplement disparu. Sombre histoire de droits ? Deuxième regret purement pinaillatoire, une relecture par un francophone aurait évité quelques accords de genre croquignolets.

La même sur ma page Ars Magica

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button