Smuggler's guide to the rim cover
À l’instar de Things don’t go smooth, ce guide de la Bordure pour contrebandiers est un supplément fourre-tout (un compagnon, comme on aurait dit jadis). Très beau et bien illustré, le bouquin est aussi verbeux comme le reste de la gamme (c’est dit, je n’y reviendrai plus). Il introduit en premier lieu des règles de réputation vis-à-vis des grandes « factions » du Verse (Alliance, corpos, browncoats et pègre ; sans que ces dernières soient si clairement identifiées in-game). Cela s’intègre bien dans les règles, sans surcharge : en gros, un score de réputation peut remplacer un score de talent quand les circonstances s’y prêtent. Le chapitre suivant revisite les personnages de la série en fonction de leurs réputations et, surtout, présente douze nouveaux archétypes de personnage pour enrichir ceux du livre de base.

Vient ensuite un long chapitre qui détaille quelques lieux bien poisseux de la Bordure (dans les systèmes Kalidasa et Blue Sun), là où l’Alliance, quand elle est présente, a des activités discutables. On y trouve des lieux, des PNJ et des vaisseaux, des idées de scénarios. Ça tourne parfois un peu en rond (les planètes sont majoritairement mal terraformées et désertiques/quasi vides ; deux ceintures d’astéroïdes sont décrites), mais c’est tout de même de la bonne matière première à scénarios.

Suivent deux scénarios écrits par Margeret Weis herself et Greg Stolze, des cadors, quoi. Et bien, je me demande s’ils ne sont pas encore pires que les précédents de la gamme : une vision globale de l’intrigue, puis quelques scènes décrites par des jets de dés et leurs conséquences. Le second scénario, plus long, introduit bien un peu de profondeur avec des factions qui œuvrent dans l’ombre, mais les sous-exploite dans une « intrigue » au premier degré ponctuée d’accroches capilotractées.

Le supplément se conclut sur des annexes peu utiles : une nouvelle FAQ, encore du vocabulaire chinois, des feuilles de PJ/PNJ, un énième plan de Serenity… En conclusion, si je trouve malgré tout le supplément sympathique, c’est plus par les sources d’inspiration fournies que par les éléments prêts-à-jouer.

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button