Sub Rosa Issue 19
Malgré la fin de la 5e édition d’Ars Magica, Sub Rosa continue avec la bénédiction d’Atlas Games. Enfin, la fin, la fin… On nous annonce tout de même un jeu d’enquête de Quaesitores basé sur le système Gumshoe pour dans 1d6 an(s).

Revue des articles de fond :

  • Du contexte sur l’île de Roanoke au temps de la colonisation des Amériques, via un salmigondis historico-spatio-temporel ni très clair, ni très convaincant.
  • Des règles, ou plutôt des guides sur l’utilisation de la géomancie comme support d’improvisation en lieu. Ça me rappelle mes tentatives peu fructueuses d’utiliser les tarots pour créer des scénarios de Château Falkenstein.
  • Encore du contexte avec un Mystère basé sur la découverte par un Tytalus d’une contrée du Royaume magique. Plutôt sympathique par son ambiguïté : la découverte est-elle réelle ou une invention du mage pour redorer son blason terni ?
  • Une réflexion sur l’utilisation d’autres dés que le d10, pour finalement y revenir. Pour ma part, je vais rester au d6 d’Ars Magica light.
  • Toujours du contexte avec le Pays des nuages façon Jack et le haricot magique. Sauf que les géants y sont plus intéressants.
  • Re-du contexte, façon Bâtisses & artifices de Casus Belli, avec une description pas très informative des moulins médiévaux.
  • Des éléments très détaillés pour jouer une saga alternative centrée sur des mages parallèles. Plutôt originale, cette inversion des rôles vis-à-vis de l’Ordre d’Hermès. Je connais des joueurs à qui ça plairait. Avec en bonus un index des traditions magiques parues dans toute la 5e édition (il y en a un paquet !).
  • Et pour finir, un peu de contexte français, Môssieur. Enfin, breton, pardon. Bien fichu.

Que dire de plus, sinon longue vie à Sub Rosa et Peripheral Code ?

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button