Couverture Curious Creatures
Loin d’être un simple catalogue, ce bestiaire propose aussi de nouvelles règles pour créer des créatures, en faire des familiers ou gérer des animaux géants ou intelligents. Le début de l’ouvrage, un peu à l’instar du livre de base, alterne une nouvelle, malheureusement guère passionnante, avec des points de règle sobres et simples. Le bestiaire lui-même détaille une trentaine de créatures fantastiques, des plus attendues (griffon, jabberwock) au plus étranges (pushmi-pullyu), sur deux pages chacune. La description comprend bien sûr les caractéristiques techniques, ainsi qu’une amorce de scénario. Une trentaine d’animaux communs est également dépeinte plus succinctement. L’ouvrage se termine sur une galerie de PNJ (dont le fameux Dr. Dolittle) et de nouveaux archétypes de personnages liés à la nature sauvage, comme le chasseur de fauves.

La mise en forme de l’ouvrage est assez agréable, tout en couleur. Avec ses illustrations de type gravures à l’eau forte ou détails de tableau (plus quelques planches furieusement pulp), ce supplément augure bien de la suite de la gamme. The Tarot Variation, déjà sorti en PDF, reprend les règles parues dans Comme il Faut qui remplacent le jeu de cartes habituel par un jeu de tarots, mais Fat Goblin Games annonce surtout la publication d’une aventure courte tous les mois, ainsi que des city guides, dont le premier sera consacré à Paris. De quoi repartir à l’aventure à toute vapeur !

Ce billet est extrait de la critique de Curious Creatures parue dans Casus Belli n° 21 (il y a prescription).

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button