Couverture Lankhmar SaWo
Aaah, Lankhmar. C’est un de mes vieux fantasmes de mener une campagne de JdR dans le monde imaginé par Fritz Leiber. À la grande époque (au XXe siècle, quoi), je m’étais procuré la version AD&D, mais pas fan du tout du système, j’avais tenté des adaptations plus ou moins heureuses à Féerie puis GURPS. Sans grand succès, il faut l’avouer. Or donc, quand BBE a lancé un foulancement pour Lankhmar version Savage Worlds, dont j’ai hérité des bouquins de base au détour de cadeaux-promos, je n’ai pas pu résister.

Le résultat du foulancement se présente sous la forme d’un coffret (format mook) en carton costaud qui contient tout ce qu’il faut pour jouer. Inventaire ! Un premier bouquin, La cité des voleurs, est constitué de trois sections d’inégales longueurs et partiellement imbriquées. La première partie traite de l’adaptation de Lankhmar à SaWo. Je suis passé plutôt vite là-dessus, partiellement par flemme de me replonger dans les règles de SaWo. Mais il faudra bien que je m’y colle si je veux jouer. La seconde partie traite de l’univers. C’est assez concis, sans doute un peu plus que l’antique version AD&D, mais ma mémoire peut me trahir. En revanche, je suis sûr que les cartes de Lankhmar et Newhon (le monde autour de Lankhmar — à lire à l’envers) étaient plus belles (et plus grandes). Il y a même une erreur dans celle de Lankhmar, la rue au Dieux qui part de la porte du Marais étant inversée avec la rue aux Penseurs (impardonnable, vu l’importance de la rue aux Dieux). Le tout est complété par deux scénarios qui se résument à une ou deux scènes.

Le second bouquin s’intitule Les ennemis de Newhon et compile dans sa première moitié des PNJ et un bestiaire tirés des romans. Y trouver des personnages morts très tôt dans la saga est étonnant, mais toutefois pratique, car cela permet de situer les aventures de ses propres PJ à n’importe quelle époque, que ce soit dans la jeunesse des héros des romans (voire avant) ou plus tard. La deuxième moitié de l’ouvrage est consacrée à un générateur aléatoire de scénarios assez étoffé et trois scénarios structurés sur le même modèle que ceux du premier livre.

Le troisième bouquin, Aventures de la Guilde des voleurs, contient pas un, pas deux, pas trois, mais quatorze scénarios, mesdames messieurs, toujours structurés en une intro et une ou deux scènes, même si certains sont tout de même plus longs. Comme le nom de l’ouvrage l’indique, la plupart des scénarios est constituée de missions commanditées par la Guilde des voleurs. C’est un peu surprenant, sachant l’indépendance farouche de Fafhrd et du Sourcier Gris, les héros des romans de Leiber, dans parler du PJ moyen. Il manque surtout un scénario de plus grande ampleur, mais c’est réparé avec le livret qui accompagne l’écran du MJ, qui contient justement une mini-campagne en quatre scénarios (« Les yeux de Gros Moche » — nan, en vrai, c’est Goro’Mosh, mais je connais mes joueurs, faut que je change ce nom) qui, intercalée avec d’autres scénarios, doit donner quelque chose de sympathique. Parlant de l’écran, il est aussi costaud que le coffret, en petit format paysage, joli côté joueur (malgré un environnement pas très urbain), mais trop dense et écrit petit côté MJ.

Couverture Lankhmar AD&D
Sur la forme, les ouvrages sont plutôt agréables (tout en couleur), quoi que les illustrations ne soient pas très fréquentes dans certaines parties. Le style d’écriture a tendance à être verbeux, surtout dans les introductions, et les slogans finissent par lasser (SaWo le jeu fast and furious, Lankhmar la ville enfumée…), de même que les diverses descriptions successives de Fafhrd et du Souricier Gris. Enfin, la relecture des textes est, disons, perfectible. Dommage.

Bon alors, SaWo ou AD&D ? J’idéalise peut-être de nouveau mes souvenirs, mais il me semble que la version AD&D était plus belle. La gamme étant également plus étendue, il y avait plus de matériel de jeu. En revanche, côté scénarios, c’était un peu la misère, avec notamment des donjons à peine déguisés que je n’ai jamais utilisés. Du coup, même si j’aurais aimé plus de scénarios un peu longs, avantage à SaWo sur ce point. Et vraisemblablement aussi sur les règles, même si je prévois de n’utiliser que le minimum de SaWo pour que ça reste gérable pour mon petit cerveau. Il n’y a plus qu’à trouver l’occasion de lancer une ch’tite campagne !

En savoir plus avec Rôliste TV :

2 réponses à to “Lankhmar (Savage Worlds)”

  • imaginos says:

    J’ai fait l’impasse sur cette nouvelle version, je n’aime pas Savage Worlds.
    Tu n’as pas lu la version pour Rikki-Tikki-RuneQuest ? J’avais présenté les deux bouquins de la première édition il y a une dizaine d’années sur le canal habituel…

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button