Couverture Di6dent 15
Tant que j’y suis dans mes lectures en retard de magazines, j’ai la tristesse de chroniquer le dernier numéro de Di6dent, presque par hasard, attiré par des scénarios Venzia et Château Falkenstein qui étaient passés sous mon radar jusqu’ici.

Survolons rapidement le début du mag, dont je retiens l’interview de Mahyar Shakeri (dont j’avais bien aimé les scénarios Pendragon) et le retour archéorôliste sur Lyonesse, qui ne fait malheureusement pas très envie.

Le gros de ce numéro est consacré à un maxi-théma sur les émotions en JdR. C’est très fouillé, très pertinent, illustré par deux scénarios (pas lus), et m’a fait me rendre compte que, moi qui vois plutôt ma posture comme celle d’un marionnettiste en partie, je mets en œuvre des choses mentionnées dans ces articles. Content de faire de la prose dans le savoir, donc.

Avant les scénarios qui m’intéressent se glisse une présentation d’Apocalypse World, un peu légère du côté technique, mais intéressante par les interviews des auteur·es du jeu et de deux auteurs français de hacks. Une « campagne » spatiale est même proposée.

Enfin, le scénario Venzia est destiné à être joué avec deux groupes de joueur·ses en parallèle, mais il peut facilement être adapté pour un seul. C’est assez court, mais sympathique. Malheureusement, je suis trop avancé dans la campagnes des Pèlerins pour pouvoir l’exploiter. Le scénario Falkenstein est vraiment très chouette, dépaysant, fin, basé sur des faits et des personnages historiques, mais au final assez peu falkensteinien malgré les efforts (louables) des auteurs.

Avec une telle qualité, il est bien dommage que le pionnier du mook en France se soit essoufflé. C’est la vie…

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button