Couverture Casus Belli 28
Comme au bimestre dernier, ce Casus déborde de news et de critiques (le contraste est saisissant avec le dernier JdR mag). Voilà qui est réjouissant. Viennent ensuite trois scénarios et, une fois n’est pas coutume, j’en ai lu un ! Jouable sans règle particulière, « Excès de zèle » (ou plutôt son auteur Julien Arnaud) a gagné un concours à l’occasion de la sortie de la BD Gagner la guerre. Dans le ton de la BD et des romans de Jaworski, le scénario est haut en couleurs et en coups tordus. J’adore !

J’ai ensuite encore sauté le gros morceau que constitue Menace X (Chroniques Oubliées contemporain – oui, je sais, elles devraient être contemporaines). Mais je me suis régalé à la lecture de la rubrique Bâtisses & Artifices, qui propose une commanderie templière de moines-soldat.es (oui, c’est mixte et, si les chevalier.es n’ont pas le droit de se marier, rien n’est dit sur la chasteté, au contraire, même) riche de bâtiments, d’habitant.es med-fan et d’amorces de scénarios. Bref, un excellent cru.

La rubrique Archéorôlisme n’est pas en reste. Bien que les ouvrages évoqués soient parfaitement oubliables, j’ai bien aimé me replonger dans Bernard & Jean (les Starsky & Hutch du fin fond de la Côte d’Or) et le Palais de la Princesse Argenta (et surtout ses dessous. Non, pas ceux de la princesse, ceux du scénario et de son histoire rocambolesque !).

Autre point d’intérêt pour moi : une comparaison complète des boîtes de JdR de découverte. C’est casse-gueule de proposer ce genre de dossier dans Casus, qui est édité par BBE, qui vends ce genre de boîtes. Du coup, luxe de précautions méthodologiques et de transparence : définition d’une boîte de découverte, critères de qualité (notés et commentés), évaluation des produits BBE par des extérieurs. L’effort est à saluer (sans ironie aucune). Mais j’ai deux petits « mais ». L’évaluation externe de ses propres produits est bien sûr obligatoire, mais si les notes des internes sont basses… Pas que j’ai le moindre soupçon, mais d’autres ne s’en priveront sans doute pas, d’autant que the winner is Chroniques Oubliées, une boîte made in BBE. De plus, un critère me chiffonne : la quantité de matériel, car elle n’est pas contrebalancée par le prix de la boîte. Les prix sont bien mentionnés dans certains commentaires et indiqués dans un tableau récapitulatif, mais ils ne font pas explicitement partie des critères de comparaison. Et devinez ? Chroniques oubliées fait partie des boîtes les plus remplies et les plus chères. Haters gonna hate. Pour ma part, je place aussi CO au plus haut, mais avec des ex-aequo en termes de rapport qualité/prix. Bon, ça fait au moins trois « mais ».

La fin du mag se distingue essentiellement par un entretien avec Jérémy Guilbon, infirmier psychiatrique qui fait jouer ses patients. Un témoignage passionnant. That’s all, folks!

2 réponses à to “Casus Belli #28”

  • Tybalt says:

    C’est amusant de voir que tu ne parles pas de l’article censé permettre de « jouer dans l’univers de Picsou » pourtant mis en avant sur la couverture. C’est dire s’il est marquant. Pour ma part, je le range au chapitre des déceptions : deux pages présentant plusieurs hors-série de magazines Disney, sans aucun conseil de jeu à part une présentation des personnages bien trop rapide et lacunaire pour être utile. Je ne comprends pas trop ce qui a pris à la rédac’ de vanter cet article en couverture avec ce titre, alors qu’il s’agit d’une double page de présentation de BD comme la revue en contient depuis longtemps. J’avais acheté le numéro en bonne partie pour cet article et j’en garde le sentiment de m’être fait avoir par un titre trompeur. Quel gâchis ! D’accord, le numéro est plein à craquer par ailleurs, mais ce n’est pas une raison pour tromper les gens.

    • Jérôme says:

      J’avoue que Picsou n’est pas mon truc. Je ne pense pas avoir lu l’article, ni même remarqué qu’il était censé permettre de jouer dans l’univers…

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter
Recherche
Archives
Add Free Blog button