Couverture JdR Mag 45
Je crois que je vais faire l’inverse de ma critique de JdR Mag 44 pour ce numéro 45. 🙂 Rien à dire côté actualités, c’est varié et solide, avec notamment des critiques clairement basées sur des playtests. Les entretiens ne sont pas en reste (Sandy Petersen, mazette !), de même que les dossiers (sur les financements participatifs en 2018 et le Roi Arthur — malgré le thème battu et rebattu, on y apprend des choses).

Comme d’habitude, je passe sur les scénarios et la recette de cuisine « pour D&D » (insérer ici un émoji qui lève les yeux au ciel). Les inspirations (HAL 9000, Anders Fager qui dépoussière Cthulhu, Akira, un roman Star Wars atypique) sont chouettes. J’étais loin d’être client de tout a priori, mais j’y ai toujours trouvé de l’intérêt. Je vais juste grogner sur deux contresens dans l’article sur l’IA HAL 9000 : 1) la traduction d’algorithm dans heuristically programmed algorythm computer (notez le y incongru au passage) en algorithmique (un nom qui devient un adjectif…), qui rend la traduction globale incohérente (un ordinateur algorithmique, ça ne veut rien dire, c’est plutôt un ordi exécutant des algorithmes heuristiques) ; 2) la confusion sur le sens d’heuristique en informatique (qui n’est pas un choix stratégique, mais une méthode non-optimale, mais à la fois suffisamment précise et rapide).

La rubrique Aspirine introduit la notion de bovarolysme, une maladie, heureusement bénigne, qui touche tou.tes les rôlistes à divers degrés et qui consiste à acheter, lire ou préparer plus de choses que l’on peut en jouer. Touché. J’avais beaucoup apprécié l’article de Thomas Munier dans le précédent numéro, mais j’ai trouvé sa réflexion sur les « espaces et modes d’expression en JdR » confuse et pas très structurée (c’est un peu en mode bullet points et ça manque de liant). Pour tout dire, je n’ai pas compris où il voulait en venir. Le dernier papier sur l’utilisation des tablettes et des smartphones en partie, sans être inintéressant, aurait mérité d’être plus approfondi.

En résumé, ce numéro de JdR Mag est un très bon cru, mais je vais quand même revenir sur un truc qui m’a frappé. Depuis le numéro précédent, le terme joueuse utilisé par Thomas Munier dans ses articles est remplacé (avec son accord) par joueur (n° 44), puis rôliste (n° 45 — la rédaction a dû être critiquée), par souci de cohérence et d’harmonisation du mag. Dont acte. De plus, « ceci ne reflète en rien un positionnement idéologique supposé de la rédaction » (je vous crois volontiers). « La mixité a été, et est promue dans le magazine et au sein de Titam en général. » Je ne sais pas chez Titam, mais en jetant un œil à l’ours, je trouve 6 mecs dans la rédac (pas une seule femme) et 16 contributeurs à ce numéro, contre une contributrice. On ne peut pas dire que la promotion de la mixité soit d’une grande efficacité, les gars

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter
Recherche
Archives
Add Free Blog button