Couverture Casus Belli 33
Comme convenu, j’attaque directement par le scénario COF/H&D qui se déroule à Laelith (oui, j’ai reçu des PDF, mais si possible je préférerais lire sur papier — après tout, c’est un contexte old school). Bon, c’est déjà mieux que le précédent scénar pseudo-laelithien recyclé qui ne se passait ni à Laelith, ni dans les environs, mais les enjeux des différentes factions ne sont pas toujours clairs. La scène d’intro est fermée et va forcément frustrer les PJ si jouée telle quelle. D’autres scènes me semblent boucler : on part d’une scène sur la foi d’infos données par Machin, puis dans la suivante, il faut trouver Machin ou quelque chose du genre. Quelqu’un trouvait sur Casus NO que les scénars Casus étaient trop rédigés, voire littéraires, et manquaient d’outils pratiques pour les mener. Je crains que ce scénario-ci en soit un exemple criant.

Passons aux aides de jeu. La première est consacrée au super-héros de « l’âge d’or », que j’ai consciencieusement zappée. Créer son système maison est intéressante, avec des conseils qui paraissent évidents (ça peut évidemment dépendre des lecteur·trices) et d’autres qui tapent très juste. Bâtisses & Artifices nous emmène à Shantipole, un astéroïde déjà vu dans vieux scénar Star Wars que je n’ai pas eu le plaisir de jouer. Plutôt sympa. Continuer à sortir du med-fan est une bonne idée. L’AdJ suivante, dont je ne suis plus sûr qu’elle devienne récurrente (le sommaire indique « jeu complet »), propose en tant qu’inspi un personnage, un objet et un événement. Je n’ai pas accroché plus que ça pour l’instant. MJ only continue de creuser le sillon du combat qui sort de l’attaque-défense, avec brio. MJ only est consacré à l’enquête, quelque part entre méthodo policière et application immédiate au JdR. Pas mal du tout non plus.

Côté archéorôlie, j’ai retrouvé avec plaisir Miles+Christi (ah, ce vieux souvenir d’une énigme à résoudre vers minuit qui nous a emmené au moins à 3 heures du mat’… Plus de mon âge…). Buck Rogers version TSR, c’était plus confidentiel par chez nous. Dans la partie magazine, on reparle de l’actual play Rôle’n play en balade à Cannes. J’ai mis ma fille sur l’affaire, je n’ai pas la patience de tout regarder, mais ça a l’air de cartonner et de susciter des vocations rôlistes. Faut pas gâcher. Suit un dossier sur les jeux sans MJ que j’aurais aimé plus technique (par des exemples, notamment), une balade sur le long du Rhin (la partie que j’ai trouvée la plus chouette d’un voyage en Allemagne), deux entretiens très sympas.

Et un billet de fin qui présage de probables soucis pour boucler le prochain numéro en pleine crise COVID-19, mais avec une note optimiste liée à l’imagination légendaire (ou pas 🙂 ) des rôlistes !

2 réponses à to “Casus Belli #33”

  • TomLG says:

    Merci pour cette critique argumentée et constructive. Tes remarques ne sont pas dénuées de bon sens. J’en tiendrais compte.;)
    L’auteur du scénario Laelith

    • Jérôme says:

      Il faudrait que je reprenne le scénar en détail pour être plus précis et vraiment constructif, mais j’ai préféré ne pas spoiler. Peut-être un peu de flemme aussi…

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter
Recherche
Archives
Add Free Blog button