Couverture Petit guide du JdR solo
Jouer au JdR seul (sans que ce soit un livre dont vous êtes le héros), c’est possible. C’est même très développé si j’en crois ce petit bouquin (10,5 x 17,5 cm, 212 pages). J’avais déjà suivi du coin de l’œil un fil de discussion sur CasusNo à ce sujet, mais sans avoir le temps de m’accrocher (bavards, ces soloïstes 🙂 ). Voyant passer ce guide, l’occasion a une fois de plus fait le larron.

En gros, le principe est, quand on est supposé s’adresser au MJ, de poser une question (ouverte ou fermée) à un oracle (jet de dé, cartes imprimées de termes ou d’images, tables aléatoires… la bonne nouvelle, c’est que je devrais pouvoir utiliser les jolies cartes d’Everway), d’interpréter le résultat et de se remettre dans la peau du PJ pour la résolution. C’est en fait un moteur qui se superpose aux règles de votre JdR favori.

Certains JdR solo ont aussi un système intégré et il semble que les jeux propulsés par l’Apocalypse s’y prêtent particulièrement. J’imagine que ça marche aussi très bien avec FU (pour les questions fermées, les réponses « Oui », « Oui mais », etc. sont tout indiquées).

Le produit d’une partie solo peut être simplement éphémère (rester dans l’imagination du/de la joueur·se), être écrite sous forme de notes brutes ou plus rédigée afin d’être partagée, voire diffusée en podcast ou en vidéo.

Le bouquin est très clair, fournit quantité de conseils sans que ce soit gavant, présente diverses façons de jouer sans jamais de jugement de valeurs et référence de nombreuses ressources utiles (jeux, applis, tables aléatoires, accessoires…). L’éditeur met bien un peu ses autres produits en avant, mais c’est parmi de nombreux autres et c’est tout de même de bonne guerre (jetez un œil au lien pour vous faire une idée).

Si j’avais un petit bémol de forme, c’est que le plan de l’ouvrage est très plat. Il y a peu de hiérarchisation entre et dans les chapitres, qui se répètent parfois (ça fait partie de la pédagogie, on va dire, mais je reconnais que c’est discret et sans doute efficace).

En conclusion, il me vient plein de jeux que j’aurais envie de tester en solo, soit pour me rôder sur un système avant des parties en groupe (The Expanse), soit pour jouer à des jeux que mes comparses habituels n’ont pas forcément envie de pratiquer (The Sprawl), soit pour un délire perso (T&T, Laelith, Traveller). Mais déjà que je manque de temps pour les parties normales… Si j’y arrive, je vous en recauserai !

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter
Recherche
Archives
Add Free Blog button