Couverture JdR Mag 50
Bon, ben c’est mon premier exemplaire de service de presse, je crois, exception faite de ceux que j’ai pu réceptionner quand j’officiais à la FFJdR. Mais ça ne change rien, ch’uis un ouf’, moi. 🙂

Côté infos, y’a tout c’qui faut (rime riche) et surtout du pas trop vu ailleurs. Comme pour Casus, je pense cesser de me répéter, sauf accident. Tiens, parlant d’accident, les billets d’humeur de la rédac’ auraient pu tenir sur un huitième de page tant ils étaient convergents. Le résumé est vite fait : confinement = JdR en ligne. Woo-hoo. Les entretiens sont un peu courts, ce trimestre, mais toujours sympas, et variés sur le long terme.

Le fil rouge du mag est consacré au symbole phallique préféré des rôlistes, l’épée (j’avoue, je n’y échappe pas), magique de préférence. On pourrait se dire « Ouais, Excalibur, Durandal, Anduril, Stormbriger, je connais », mais Zulfikar, hein ? Et c’est sans compter sur le lien entre épée et héros, ce qu’elle véhicule et comment elle évolue dans la fantasy (et du coup dans le JdR), du symbole de pouvoir à la critique de son usage masculin. De la belle ouvrage !

Deux chouettes critiques s’intercalent dans le dossier épées (drôle d’idée), Alien (ne pas craquer, ne pas craquer) et Lex Occultum pour le JdR, et Timing pour le GN (je n’ai rien compris au jeu, mais l’interview de l’auteur est sympa).

Revenons à nos moutons à double tranchant avec une table de noms d’épées déclinés en divers alphabets. Ça fait trois pages et c’est écrit petit. Ce serait sans doute utile en format numérique, mais là… La collection d’épées magiques pour D&D est beaucoup plus inspirante, de même que les tables aléatoires pour générer des lames variées qui ne soient pas la sempiternelle épée +1.

Je dois avouer que j’ai parcouru rapidement les inspis pour arriver à la rubrique « Aspirine ». Le premier article est consacré à la fréquence de jeu et comment l’augmenter pour les vieux rôlistes comme moi (l’auteur ne le dit pas comme ça hein, c’est moi qui me positionne). On pourrait trouver ça naïf de prime abord, mais les conseils sont concrets et plutôt bien vus.

L’article suivant est consacré aux débutant·es : comment commencer ? Je me suis posé la question de la pertinence de cette série dans un mag spécialisé, pour arriver rapidement à la conclusion que, comme JdR mag est le seul qui soit présent en kiosque, ça vaut le coup d’essayer. D’autant que c’est bien fait (quel matériel, quel jeu, etc.).

Le dernier article « Aspirine » se penche sur l’édition de JdR et tout y passe sans concession : la profusion de titres, le boulot d’éditeur, le syndrome du beau livre et ce que ça implique en manque d’accessibilité, notamment pour les plus jeunes. C’est un parti pris, il y a certainement à discuter, mais c’est le but, non ?

Le dernier texte mêle humour et actualité (confinement, racisme). Disons poliment que ce n’est pas pour moi (ne croyez pas pour autant que je n’aime pas l’humour en JdR). Et pas de bol, c’est l’épisode 1.

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter
Recherche
Archives
Add Free Blog button