Couverture JdR Mag 51
C’est parti pour un nouveau numéro de JdR Mag. Un peu surprenant : l’édito et l’un des billets d’humeur sont bloqués au premier confinement et au JdR en ligne. À moins que ç’eut été prémonitoire, mais ce serait à approfondir. Dans un futur article ?

Le dossier du trimestre est consacré aux JdR sur la mythologie grecque. Il part des années 80 jusqu’à nos jours, explore tous les sous-genres et même les jeux amateurs. Sacrément exhaustif. Vous n’avez plus qu’à choisir votre came. L’interview principale m’a aussi fait très plaisir. Patrice Geille, le grand malade qui a traduit Tunnels & Trolls (et je ne l’en remercierai jamais assez), nous explique comment tout ça s’est fait, des réticences initiales de Ken St André (l’auteur américain) à l’édition du magistral Livre de la Terre des Trolls (uniquement dispo dans la langue de Brel, SVP).

Sautons à la dernière partie du magazine, avec une aide de jeu pour organiser votre campagne avec un bullet journal. Bon, moi, ça me fatigue d’avance, mais c’est précis et bien illustré et, je dois bien l’avouer, le résultat est visuellement très chouette (et utile aussi). On passe ensuite aux inspis. La première, qui est d’ailleurs plutôt une review, est consacrée à la Boîte à outils du meneur de jeu, qui le mérite bien. Les deux suivantes sont consacrées à Lovecraft et ses œuvres. Perso, je sature. L’expo sur les peintres du chnord de la première moitié du XXe siècle qui entendaient des voix fait en revanche une bonne inspi pour du Maléfices (ou approchant) un peu décalé temporellement.

La rubrique Aspirine continue de s’adresser aux débutant·es en expliquant comment préparer un scénario linéaire. Didactique comme il faut. Par contre, la sélection de scénarios proposée pour débuter part un brin dans tous les sens : du décalé, du vieux introuvable, du pas encore dispo et seulement deux scénars téléchargeables gratuitement. L’article suivant est plus « cérébral » (faute de meilleur adjectif) : le JdR est-il littéraire ? Rassurez-vous, pas de délire sur le 15e art, ça vaut la lecture. Le dernier texte, épisode 2 de celui que je n’avais pas trop kiffé au dernier numéro, ben… Pas mieux, avec une nette sensation de déjà lu, en plus. Désolé, Choupette.

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter
Recherche
Archives
Add Free Blog button
Haut de page
Skip to content