Couverture JdR Mag 54
Aïe caramba ! (Le « aïe » au lieu du ay est volontaire, pas taper.) Un numéro spécial super-héros. Je me suis fait allumer il y a quelque temps pour l’avoir écrit, mais c’est pas ma came (non plus 🙂 ). Je n’ai pas trouvé que les news fussent très longues dans ce numéro, mais comme j’y a lu plein d’annonces sympa, ça compense (mention spéciale au titre Laelith at last! 🙂 ).

Passés les billets d’humeur, qui me semblent au fil des numéros de plus en plus des prises de recul que j’apprécie d’autant, on rencontre longuement Nicolas le Vif, traducteur de l’intrigant Pour la Reine et auteur de trois variantes (car la licence du jeu le permet, ce qui est fort cool). Ne pas craquer, ne pas craquer.

Après ça, c’est super-héros à tous les étages (ou presque), face à la seconde guerre mondiale en premier lieu. Mais comme je suis un garçon consciencieux (surtout sciencieux, merci), j’ai tout lu (ou presque) et je me suis culturé avec grand plaisir. C’est très fouillé, l’histoire du genre et ses aspects politiques sont passionnants. L’entretien avec Romain d’Huissier donne un point de vue de ce côté de l’Atlantique et on enchaîne sur le On y a joué à Hexagon Universe (cf. la couv’).

Côté scénars, je réserve celui pour Les Héritiers à ma MJ, puis ont repart chez les supers (Hexagon Universe, Icons, Le Club) et un petit Wasteland. Les inspis sont comme très souvent sympas (dont une sur les supers) et on termine sur la rubrique Aspirine (je râle encore parce que ce n’est plus de la théorie rôliste) pour « exploiter le genre super-héros ». Là, j’avoue que j’ai craqué sur la fin, étant sûr de ne jamais meujeuter ce type de jeux.

Au final, si vous êtes fan de supers, c’est le moment d’acheter ce numéro de JdR Mag. Si vous êtes curieux, ça vaut le coup aussi. Et même si comme moi ce n’est pas l’enthousiasme délirant, vous apprendrez des trucs. Je serais curieux de revoir ce format sur d’autres thématiques, tiens (même si je regrette un peu la compression de certaines rubriques). On verra au prochain numéro !

2 réponses à to “Jeu de Rôle Magazine n° 54”

  • Tybalt says:

    Mon semblable, mon frère ! Je ne suis donc pas le seul à ne pas spécialement aimer les super-héros… J’ai apprécié quand même le dossier sur ce thème, notamment l’article par William Blanc qui, comme toujours, est solide. Comme tu le dis bien, on apprend beaucoup de choses. L’interview et l’article de Romain d’Huissier est tout aussi intéressant : son aide de jeu fournit vraiment les clés du genre et met en valeur ses thèmes et nuances possibles.

    Mais j’ai aussi trouvé le thème particulièrement envahissant : c’est à ma connaissance la première fois qu’un thème est traité de manière aussi systématique dans un numéro de « Jdr mag », aussi bien dans le dossier que dans les aides de jeu, la rubrique « Aspirine », etc. Pas moyen d’y échapper… Finalement, c’est assez à l’image du genre en ce moment, avec le rouleau compresseur des adaptations ciné (combien en est-il sorti depuis le « Spiderman » de 2002 ? On a bien dû dépasser les 150 films, je dirais…). C’est bien quand on aime le genre, mais quand on n’est pas plus passionné que ça par le thème, ça devient un peu barbant. La prochaine foi que je pondrai un dossier pour « Jdr mag », je leur imposerai de parler de mythes grecs dans toutes leurs rubriques, tiens…

    Je te rejoins aussi sur les billets d’humeur qui sont argumentés et abordent pas mal de sujets intéressants (dont certains se prêteraient bien à des articles à part entière).

    Merci pour tes critiques régulières et toujours intéressantes 🙂

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter
Recherche
Archives
Add Free Blog button
Haut de page
Skip to content