Couverture Casus belli 38
Cette fois-ci, je suis dans les temps. Muhaha ! Allez, je turbo-survole l’édito (qui redevient normal), les critiques, les news et les inspis connexes (tout est « plus » dans l’Casus) pour foncer sur les scénarios. Je suis gâté : un beau 3 sur 5 dans mon scope (oui, j’ai décidé de me la péter aujourd’hui).

Le premier scénar, sis à Laelith, est la suite des deux précédents. J’ai encore eu du mal, l’ayant trouvé touffu en termes de rédaction et peu accessible pour ceux qui n’ont pas (encore) lu le bouquin. Par exemple, il y a visiblement des streums de D&D que je ne connais pas et ne pas les décrire en deux mots m’a gêné. Peut-être aussi que je préférais des histoires plus géographiquement variées plutôt que centrées sur un quartier. Le deuxième scénar, pour The Expanse, m’a immédiatement rappelé quelque chose. Et pour cause, c’est celui qui était filé en bonus dans le foulancement et que j’ai déjà chroniqué. Bon, je m’en doutais à l’avance vu sa mise en page. 🙂 Le troisième, pour Aquablue, ne m’a pas spécialement plu. Sans spoiler, il est découpé en deux parties (pratiquement deux scènes seulement) sans lien autre que mécanique, avec des antagonistes uniformes (ha ha !) et unidimensionnels, ainsi que des conséquences potentielles un peu too much.

Passons aux aides de jeu. Bâtisses & Artifices m’a fait la même impression qu’au précédent numéro. J’ai trouvé l’accroche excellente, mais ensuite, c’est trop long, verbeux et ça ressemble plus à un scénar D&D qu’autre chose. En revanche, le guide aléatoire d’exploration du cloaque de Laelith m’a beaucoup plus amusé, bien que je ne sois pas 100 % fan des tables aléatoires. Ici, c’est parfaitement adéquat. MJ Only (comment incruster les histoires persos des PJ sans lourder tout le monde) et PJ Only (jouer des espèces non-humaines — ce qui fait partiellement écho à un fil de CasusNO qui court en ce moment) sont clairs, concis et bien vus.

On en arrive aux rubriques de fin, avec deux chroniques archéorôlistes de bon aloi (Shadowrun et, moins connu, Indiana Jones), puis une nouvelle rubrique consacrée à une rôliste qui a démarré à l’âge adulte directement en ligne et va partager son expérience au fil des numéros. Profil intéressant ! Une seconde femme est à l’honneur dans le premier entretien. C’est plus anecdotique (elle y raconte sa vie de rôliste), mais ça montre qu’on peut être geekette et avoir une jolie carrière (en soulignant les apports du JdR), s’il en était besoin. Le second entretien est celui d’un libraire marseillais qui a réussi à monter un rayon JdR à son taf, entre autres activités ludiques intenses (chapeau !). Enfin, un prof d’histoire-géo en collège nous explique comment il concilie JdR et enseignement. Encore une rubrique à épisodes que je vais attendre avec impatience ! J’ai souri à un moment, quand est évoqué la priorité du club JdR pour manger avant tout le monde au self. J’avais argumenté pour ça et obtenu gain de cause pour tous les jours de la semaine auprès du TUC (pour vous situer la période antédiluvienne) en charge des clubs. 🙂

Voilà, voilà, vivement CB #39 !

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter
Recherche
Archives
Add Free Blog button
Haut de page
Skip to content