Couverture Casus Belli #40
L’édito qui fait mal (et couler bien des octets) : la crise du papier et la guerre en Ukraine font augmenter les coûts de production du mag (même tarif, si j’ose dire, pour JdR Mag). Ça en a surpris quelques-uns. J’ai surtout été étonné que le prix n’eût pas bougé pendant des années alors qu’on aurait pu s’attendre à ce qu’il suive l’inflation.

Revenons à nos moutons rôlistes et une palanquée de news (miam), dont les deuxièmes éditions de Wastburg et Château Falkenstein. J’ai lu quelque part (sans doute sur CasusNO) que le bric-à-brac du Jawa lassait. J’avoue que je suis d’accord. Faire tourner le bric-à-brac sur différentes thématiques (voir franchises, si la rédac’ y tient) m’agréerait mieux.

Côté scénar, j’ai lu celui pour Laelith annoncé au numéro précédent (j’ai commencé à attaquer le monument, d’ailleurs). Ça part bien (rien que le titre !), mais je le trouve de nouveau fouillis. Le lire par bribes en étant crevé ne doit pas aider, mais je crains d’avoir tout simplement du mal avec la prose de l’auteur. 🙁

Côté aides de jeu, on est bien gâté, avec :

  • une chouette Bâtisse dédiée à la cathédrale de Rouen ;
  • un truc sur Shawdorun avec des bagnoles (pas lu) ;
  • un « clef en main » sur une gargouille qui fait une accroche de scénar un peu vue et revue (je suis un vieux grincheux) ;
  • un mini-JdR en mode dragons contre aventuriers trop mécanique pour moi ;
  • un second « clef en main » contemporain avec un tank et tout (pas ma came, en plus ça me fais penser à mes étudiants ukrainiens, mais si vous êtes clients, ça se tente) ;
  • des règles alternatives pour CO Contemporain (encore pas pour moi, mauvaise pioche, ce numéro 🙂 mais il y a peut-être moyen d’adapter des trucs pour la version fantasy) par Mehdi Sahmi himself ;
  • des conseils bien vus pour décortiquer et faire jouer une campagne du commerce (qui devrait le faire elle-même, mais bon, on ne peut pas dire que ce soit toujours le cas) ;
  • comment se préparer à improviser pendant une partie grâce aux techniques de théâtre d’improvisation (des trucs faisables, mais surtout la mise en place d’une pièce d’improvisation sur table de mon point de vue — je suis dubitatif).

On termine gentiment le zine avec le journal de bord de Kevane, dont l’investissement émotionnel dans le jeu Kids on Bikes me paraît limite extrême. Suit un long entretien avec Jean Balczesak (himself bis), qui m’a replongé avec délice dans mes jeunes années de JdR. Last but not least, on continue à suivre avec tendresse le club de JdR d’un collège. Mais c’est surtout une excellente inspiration pour les collègues du prof qui a monté ce projet pédagogique.

Au trimestre prochain car, si je ne me trompe pas, cette périodicité devient officielle.

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter
Recherche
Archives
Add Free Blog button
Haut de page
Skip to content