Casus Belli #1« Casus revient, Caasus revient… » On connait la chanson, à chaque fois on veut y croire, et pourtant nous voilà rendus à la quatrième incarnation du magazine mythique (enfin, chez les rôlistes, restons modestes). Je ne sais pas si cette version est la bonne, mais en tout cas (trêve de suspens) elle s’annonce comme un bon cru, jolie synthèse entre Black Box (encore un mag trop tôt disparu), la précédente incarnation de Casus et… la toute première, avec le retour de quelques Grands Anciens (pas trop tentaculaires).

Bon, maintenant, qu’est-ce que je peux dire de ce quatrième numéro 1 ? En mal, pas grand chose ! Je n’étais a priori pas emballé par le format mook piqué à Di6dent, mais au final, ce petit format s’avère pratique et on s’y fait très bien. Il y a bien des rubriques que j’ai survolées (les jeux vidéos surtout, mais leur présence ne me choque aucunement), des articles que j’ai trouvés plus faibles que la moyenne (notamment celui sur la création des groupes de persos, à moins qu’il ne s’agisse du premier d’une série), mais globalement, ça se lit cover-to-cover avec grand plaisir. Ouais, je sais, j’ai triché, comme d’hab, je n’ai pas lu la plupart des scénars (toujours pareil, pas intéressé ou susceptible d’être joueur).

Côté positif, je retiens surtout les critiques longues qui, bien que bienveillantes (ce qui n’est pas désagréable), ne sont pas complaisantes pour autant et permettent de comprendre assez finement la teneur d’un jeu. Un gros bon point aussi pour la publication d’une version améliorée/étendue de Chroniques Oubliées (le jeu de découverte des Men in Black à barbes), qui se développera dans les numéros à venir. Le premier volet d’une campagne fantasy associée est d’ailleurs bien sympathique. Je ne lui ferai qu’un reproche de forme : les descriptions y sont trop longues, là où des conseils aux novices et/ou des textes plus courts à lire ou paraphraser auraient été plus appropriés (approche adoptée dans la mini-aventure « Caraverne », d’ailleurs). Les entretiens et les reportages sur le petit monde du JdR sont bien sympas (c’est amusant d’avoir un aperçu de la personnalité de Saint Gygax, bénis soient ses dés). En plus, une retape honteuse a été faite pour que les vieux reviennent lire le mag : Kroc le beau, la rubrique Bâtisses et artifices, Monghol & Ghota, un clin d’œil à Laelith, sans parler des pigistes tentaculaires de luxe dont je vous causais plus haut. Et le pire, c’est que ça fait bien plaisir de les retrouver !

En résumé, je me suis ré-ré-ré-abonné et je dis merci aux MiB d’avoir racheté le titre. Longue vie à Casus 4 !

Laisser un commentaire

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button