Ancien logo FFJdRAdhérent de la première heure de la Fédération Française de Jeu de Rôle (FFJdR), j’y ai occupé diverses fonctions, de grouillot de base à (brièvement) président. J’y ai beaucoup apprécié le bouillonnement des débuts qui, même s’il a donné lieu à des engueulades mémorables par mailing list interposée, a permis de réels échanges. J’ai notamment pu constater la grande diversité de pratiques dans notre milieu, du JdR SPAF (sur plateau avec figurines) à l’Art Du Conteur (je me moque un peu avec les majuscules, mais n’y voyez pas de malice ; par ailleurs, il faut aussi resituer tout ça dans le contexte des années 90 où on ne parlait pas encore de théorie GNS). Cette effervescence a également produit de chouettes outils pour les rôlistes : annuaires (clubs, boutiques, fanzines…), lettres d’information, aides aux associations (j’en oublie), et bien sûr R.Ê.V.E.S., le jeu pour débutants, dont j’ai été une des chevilles ouvrières.

Là où la fédé n’a jamais réussi à remplir sa mission, malgré l’établissement d’une vitrine institutionnelle à peu près fonctionnelle vis-à-vis de l’extérieur de notre milieu, c’est au niveau du rassemblement des rôlistes. Dès le début, il y a eu la concurrence stérile avec l’Association Jeux de Rôle (AJdR), certaines arrières-pensées derrière les États Généraux du Jeu de Rôle (EGJdR), une montagne qui a finalement accouché d’une souris, et tout ça, au fond, pour des questions d’égo mal placées (j’hallucine d’ailleurs régulièrement à propos d’histoires similaires dans un milieu ou les enjeux financiers et de pouvoir sont somme toute assez dérisoires). Par la suite, les attaques contre le JdR se sont calmées, la fédé a peiné à mettre en place des services utiles aux rôlistes et, surtout, le besoin de se rassembler pour promouvoir notre hobby au plan national n’a jamais été très fortement ressenti (certainement à juste titre) au plan local. Ajoutez à cela une organisation initiale « top-down » de la fédé perçue comme très administrative (dans l’absolu, une fédération aurait sans doute due se constituer par une approche « bottom-up », mais les circonstances en ont voulu autrement) et vous comprendrez aisément pourquoi les effectifs et les volontaires pour faire tourner la boutique n’ont jamais été pléthoriques.

Malgré tout, l’association FFJdR, fidèle à son nom de fédération, malgré les critiques parfois justifiées du monde rôliste (notamment sur cette dénomination de facto inadéquate), s’est longtemps attachée à promouvoir toutes les formes de notre hobby sans discrimination. Depuis quelques années, cette politique n’est plus d’actualité. L’intention légitime de donner une image respectable du JdR aux pouvoirs publics s’est doublée d’un discours clivant : il y aurait des bons (adultes, artistiques, respectables, que sais-je ?) et des mauvais JdR (et, par extension, pratiquants de ces JdR), voire même des jeux qui ne seraient pas du JdR (le premier d’entre eux, D&D, compris !). Vous imaginez le tollé provoqué par le président actuel de la fédé en exprimant publiquement cette position. D’aucuns ont cru à un dérapage. Moi, qui ai suivi cela de l’intérieur, suis depuis longtemps persuadé que c’est une stratégie assumée. La confirmation m’est venue du bilan moral 2011 de la FFJdR, dans lequel le conseil d’administration (CA) affirme être « ressorti renforcé dans ses convictions » à ce sujet, méprisant au passage ses contradicteurs les plus visibles (le e-zine Mystery Machine et Casus Belli 3ème incarnation), « aujourd’hui éteints ».

Un mépris et une défiance que je connais bien, tant le CA actuel ne veut voir qu’une tête. La FFJdR, tu l’aimes ou tu la quittes ? Coïncidence ? Le nombre de membres a fondu comme neige au soleil en quelques années (il faut croire que seule l’élite demeure !). J’ai longtemps considéré qu’il était plus utile de critiquer la FFJdR de l’intérieur que de l’extérieur, d’autant je ne suis pas homme à jeter le bébé avec l’eau du bain : je porte certaines actions de l’équipe dirigeante actuelle à son crédit bien volontiers. Mais diviser plutôt que rassembler est indigne d’une association qui, si elle n’assume plus son nom de fédération, prétend encore promouvoir le jeu de rôle. L’argent de ma cotisation ira donc nourrir une autre cause rôliste à partir de cette année.

23 réponses à to “Bye bye, FFJdR”

  • Lupin says:

    Malheureusement, je ne peux qu’abonder dans ton sens. Pour moi aussi, membre de la première heure et actif durant plusieurs années, je ne vois pas de solution à la situation dans laquelle le CA met la FFJdR. À ce rythme, ce n’est même plus l’agrément qui est en jeu (il serait perdu si le ministère mettait son nez dans l’«organisation» d’une AG) mais l’existence même de la fédé avec l’organisation volontaire d’une baisse de membres.
    Le CA semble ne rester dans cette fédération que pour l’aura donnée qui l’aide à passer ses décisions, mais cela fait des années que je n’ai pas vu le CA tenir réellement compte d’un avis remontant des membres, voire même le demander.

    Il est bien dommage que les administrateurs persistent dans des prises de positions provocantes et élitistes quitte à perde ses actifs et anciens. C’est d’ailleurs sans doute le but. On a déjà vu plusieurs occasions où il aurait pu économiser du temps et de l’argent en mettant son égo de côté pour demander quelques infos…

    Puisque les critiques multiples et constructives n’ont servi à rien, puisque les trésors de patience développés se sont heurtés à un mur, il ne reste d’autre solution que de laisser le navire errer, en espérant que d’autres membres arriveront à éviter que le CA ne coule la FFJdR.

  • Imaginos says:

    Et sans indiscrétion, quelle est cette autre cause que tu évoques à la fin de ton billet ?

  • Menhir says:

    Merci pour ces explications qui, malheureusement, n’ont rien de surprenant pour ceux qui suivent la vie de la FFJDR.

    Dans les années 80, Guy Bedos disait « C’est de plus en plus difficile d’être de gauche, surtout quand on est pas de droite ».
    On pourrait reprendre sa formule en disant qu’il est de plus en plus difficile de soutenir la FFJDR, même si l’on est un partisant acharné de son concept, quand on constate le mépris, l’élitisme et le dirigisme de ceux qui la dirigent actuellement. Difficile de se motiver pour avoir envie d’agir dans de telles conditions.
    Les rares qui le font enore n’en ont que plus de mérite.

  • Même si certaines de leurs positions à l’égard du jeu de rôle m’ont heurtées, je reste membre de la FFJDR par respect pour le travail effectué depuis toutes ses années par ses associés.

    J’ai néanmoins toujours pensé que chaque rôliste devait être son propre moyen de communiquer sa passion et son médium, même auprès du grand public ou des pouvoirs publics. En somme, personne ne fera la promotion du Jeu De Rôle sauf ses acteurs, ses créateurs, ses auteurs, ses journalistes et ses joueurs.

    Ce que je retiens de cet échec annoncé, c’est que le jeu de rôle est finalement très indépendant, à tel point qu’il échappe toujours à ses propres instances. Je trouve cela plutôt positif ! Enfin un médium qui nous offre de la liberté !

    Si déjà les rôlistes n’avaient plus honte d’être rôlistes… nous n’aurions besoin d’aucune espèce de fédération. A mon sens, le problème vient du fait que les rôlistes ont une très mauvaise opinion d’eux mêmes. C’est un tort.

    Romaric Briand.

    • Lupin says:

      Malheureusement, si je comprend la raison de ton maintien comme membre de la FFJdR, tu y restes par respect pour ce qu’on fait des gens qui ont cessé d’adhérer, anciens du bureau, du CA ou même actifs, dégoutés de ce qu’a font l’actuel CA de la FFJdR qu’ils ont contribué à monter ou pérenniser par leur participation.
      Pour ma part, et je pense que les autres anciens ont le même avis, tu peux tout à fait ne plus réadhérer sans que je n’en prenne ombrage. Au contraire, je trouverais même dommage que le CA tire une part de sa légitimité du respect envers les gens qu’il a tout fait pour faire partir… 😉

  • Asmis says:

    Je comprends tout à fait ton point de vue.
    Je ne suis plus adhérent individuel je ne suis plus qu’adhérent au titre de mon association et j’avoue que nous risquons fort de ne pas renouveler.

  • D4Dent says:

    Je ne me permets cette réponse que pour donner un avis « anonyme », qui je pense est conforme à celui de pas mal de mes potes.

    Moi j’avais pris la cotisation pour acheter les vieux CB quand Guiserix avait fait don à la fédé de stocks du zine.

    Pour le reste, je ne me suis jamais senti concerné par leur [votre] boulot, désolé : je ne l’ai surtout jamais trop remarqué, sauf quand je cherchais…
    On parle bien plus qu’on ne joue, dans mes groupes, mais jamais, JAMAIS, on ne parle de l’actu de la FFJDR. Pas de bol, il y a pas trop de manifestations où elle a pu jouer un rôle (je crois savoir qu’elle soutient certains tournois…) donc aucune visibilité du logo.
    Et les propos prétentieux et suffisants du président (je crois) ne m’ont pas donné envie de chercher davantage.

    Je comprends bien l’idée qui sous-tend cette institution et je pense que, de loin, j’aurais aimé participer à un truc comme ça ; mais un truc invisible où le rôliste moyen ne trouve aucun bénéfice (sauf compléter sa collec’ de CB) ben, à quoi ça sert?
    Et mes sous sont depuis longtemps allé ailleurs qu’à cette fédé…

    Enfin, je tiens à préciser que je n’ai rien à voir avec l’équipe de D6Dent…

  • NICOLAS J says:

    A titre personnel, J’ai monté un club, il y a 3 ans, dans ma ville (zone sinistrée du jdr…). Le première question que m’ont posé les décideurs à qui je présentais mon projet, en vu d’avoir une salle, ce fut « Il y a une représentation nationale de votre loisir ? ». J’ai répondu « Oui, la FFJdR : Fédération etc ». Bon, il y a 3 ans, la fédé n’était déjà pas au plus fort de son dynamisme, mais ça, je ne leur ai pas dit. Et bref, de pouvoir dire « FFJdR », j’avais à 90% réussit mon « entretient ». C’est pourquoi, nous persistons à cotiser à cette fédé.

    Mais je dois dire que même avant, j’avais trouvé « naturel » de cotiser à la fédé (surtout vu le prix…). J’ai toujours aimé, rien que pour le principe, le fait de participer à un « ensemble » (fédé dans notre cas, mais autre chose dans d’autres domaines). Et puis c’est claire que moi, le site de la ffjdr, REVES et le forum m’ont beaucoup aidé, durant mes débuts. C’est peut-être aussi parce que les rôlistes de ma ville, eux ne fesaient rien pour aider quiconque (encore moins eux-même…).

    Bref, il reste que je me tiens un peu au courant de ce qui se passe à la FFJdR et c’est vrai que j’ai de moins en moins envi de participer à leur « ensemble ».

  • Dalaitoma says:

    @ Jérôme : ton texte est hélas bourré d’imprécisions… que l’on mettra sur le compte de l’émotion…
    @ Lupin : Si les membres du CA sont incompétents pourquoi certains sont-ils réélus d’année en année ?
    @ Imaginos : très joli pseudo
    @ Menhir : la FFJDR étant dirigée par ses membres sont-ils donc tous méprisants, élitistes et dirigistes ?
    @ Romaric : Anarchieeeeee ^^ !
    @ Asmis : je propose que vous fassiez un club des mécontents et de vous présenter à la prochaine fois
    @ D4Dent : si tu veux des Casus va sur e-bay ca te sera certainement + utile (perso c’est comme ca que j’ai complété ma collec).

    • Jérôme says:

      Détrompe-toi, aucune émotion dans mon texte, bien au contraire.

    • Lupin says:

      @dalaitoma : les membres du CA sont incompétents mais réélus d’année en année parce qu’ils verrouillent la comm interne de la FFJDR, tu le sais bien d’ailleurs pour y avoir dernièrement…
      Par ailleurs, la FFJDR n’est pas dirigée par ses membres mais par le CA qui évite soigneusement de donner la parole aux membres, et la leur refuse quand ils la demandent. Les membres méprisants, élitistes et dirigistes se limitent donc au CA rassure-toi, puisque le CA a décidé d’assumer collectivement les erreurs commises… Collectivement, une fois les personnes en désaccord parties évidemment.

      • dalaitoma says:

        Lupin, je ne comprends pas bien ta remarque : dernièrement quoi ? Je n’ai pas été au CA depuis une éternité justement pour permettre à d’autres de prendre le relai, de s’exprimer… de faire des choses et de les changer. J’ai toujours été moteur dans l’intégration d’autres personnes d’assos (d’Opale aux Rolistes Rouennais) ou d’individuels – qui ne partageaient pas forcément les mêmes points de vue que moi en matière de JDR – au sein du CA.

        Je n’ai rien verrouillé au contraire je vous ai même laissé + que les clés : ma place ! Si personne ne la prend que se passe-t-il ? On met la clé sous la porte ?

        • Lupin says:

          @dalaitoma: non effectivement, je parlais de dernièrement au sens où par rapport à ton expérience, j’ai participé au CA puis l’ai quitté il y a bien plus longtemps.
          Pour le fait d’avoir favorisé l’expression d’opinions contraires, peut-être, mais ce n’est malheureusement pas ce qu’ont retenu la plupart des contradicteurs. 😉
          Quant aux clés laissées, certains se sont risqués à se présenter. Malheureusement, le CA ne leur a pas laissé le droit de s’exprimer via le droit de réponse qu’ils demandaient et auxquels ils avaient droit. Il ont en effet envoyé aux candidats les adresses physiques des membres, leur donnant le choix entre payer les timbres pour avoir le droit de répondre et se la fermer (là où bien entendu les candidats au CA n’ont bien entendu pas débourdé un sou pour leur propagande). Le prétexte étant qu’on ne pouvait considérer les adresses électroniques comme sûres, c’était d’autant plus hypocrite que le bilan de trésorerie a été envoyé l’an dernier par ces mêmes adresses électroniques devenues tout d’un coup «sûres»…

    • Menhir says:

      A l’époque où j’ai écrit ces lignes, ce ne sont pas les membres qui dirigeaient la FFJDR mais deux ou trois personnes qui imposaient leurs idées et interdisaient toute autre communication que celle conforme à leurs directives.
      D’ailleurs, les membres de s’y sont pas trompé et ont déserté.

      Pour ce qui est de la réélection des personnes critiquées, elle vient en partie du fait qu’il y avait souvent plus de postes que de candidats. Et, lorsque ce n’était pas le cas, il est arrivé que certains bloquent le scrutin en demandant de se présenter à des « pseudo-candidats » (qui démissionnaient quelques jours plus tard) pour empêcher l’accès à des « indésirables ». Tu vois de quoi je parle ou est-il besoin de donner des noms ?

  • J. étais says:

    Ben je ne vois pas pourquoi tu restais dans une structure dont le Préz disait « C’est la faute à Darmont et consorts si le JdR n’a pas progressé en 20 ans » ou « Ne rien faire et attendre que tout s’arrange, c’est du Darmontisme »… 🙁

    Sinon, soit il fallait bouler le Préz, soit fonder une autre assoce.

    Sur le « top-to-bottom », voici ce qui arrive à chaque niveau:

    – 90% des rôlistes font « ben moi je joue toujours avec les mêmes [éventuellement « à notre JdR maison »], rien à battre que le JdR s’écroule au niveau national.
    – 75% des assoces font « ben nous on ne s’intéresse qu’à recruter/se faire entendre dans notre commune/ville »
    – 50% des assoces régionales font « nous, Guilde de [Région], souhaitons regrouper les assoces de [Région]. Votre ville est dans la région d’à côté? Vous ne nous intéressez pas. »

    ça laisse peu de monde pour mouvoir la machine. Au moins, avec le top-to-bottom, il y a des projets nationaux, que la base peut accepter, ou pas.

    J. Etais

    • Jérôme says:

      Marrant, jamais le préz ne m’a dit ça (ni quoi que ce soit d’ailleurs, maintenant que j’y pense) en face. 🙂

    • Patrice M. says:

      Je passe ici par hasard et je lis ça…:

      « – 50% des assoces régionales font « nous, Guilde de [Région], souhaitons regrouper les assoces de [Région]. Votre ville est dans la région d’à côté? Vous ne nous intéressez pas. » »

      …Ca me semble très caricatural. J’étais un des fondateurs de la Guilde de Bretagne à la fin des années 80 et cela n’a jamais été comme ça, il y a toujours eu des volontés de collaborer au-delà des limites régionales. J’avais même à l’époque fait plusieurs déplacements en Normandie pour aider à la création d’une Guilde de Normandie.

      Je crois (perso) que l’échelon régional, proche des joueurs et des conventions, est le plus apte à créer et à maintenir des fédérations ; l’échelon de fédération nationale est nécessaire mais serait plus solide s’il était une émanation des régions (quand il y en a).

  • Fablyrr says:

    en tant qu’ancien adhérent perso et assoc, je ne le suis plus non plus. Pour moi la FFJDR ne répond pas à mes attentes et le discours de : « vous n’êtes pas content présentez vous » me semble incongru. C’est comme n’importe quelle élection il y a des représentants qui doivent prendre ce que les autres veulent pour faire avanc er la sauce. Ce que j’ai noté – et c’était pas faute de le dire – c’est que la FFJDR fait depuis des années que je vois plus une communication pour Imaginez.net plus que pour la FFJDR.
    Après on ne va pas refaire le débat 100 000 fois, moi aussi j’ai pris la solution de partir car elle me semble la plus appropriée. Certains choisissent de rester, c’est leur choix mais sans changement je ne vois pas à quoi ça sert de rester. Le respect du travail effectué reste car je sais que c’est beaucoup de boulot, mais quand je soutien une assoc ou autre c’est pour son action pas pour son histoire. Chacun fais comme il veut…

  • dalaitoma says:

    Fablyrr je comprends parfaitement ton point de vue comme celui de Jérôme d’ailleurs que je remercie pour son implication passionnée au même titre que tous ceux qui passent ou ont passé du temps à porter haut les couleurs du JDR – que l’on soit d’accord ou pas.

  • Helkus says:

    Wow ! Pour que tu la quittes, il a fallu que tu en aies gros sur la patate.
    Désolé pour la FFJdR qui à mon sens perd là un membre actif de valeur. Mais surtout désolé pour toi parce que je sais combien elle te tenait à cœur.
    Je garde un bon souvenir de l’époque où on travaillait sur la Lettre, mais je crois que c’était majoritairement parce qu’on y bossait ensemble, et surtout que tu faisais tampon pour me protéger de l’évolution politique interne. Quand on voit comment cela s’est terminé mi-2008, il est clair que le virage avait déjà été pris à cette époque.
    En tous cas tout ce que tu y auras fait n’aura pas été perdu pour tout le monde (ne serait-ce que parce je peux témoigner que que j’en ai profité, donc ça fait au moins 1 ;), et bravo pour le boulot abattu depuis tant d’années.
    Et bon vœux à la FFJdR pour la suite.

Laisser une réponse à Asmis

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button