Je vous causais plus tôt dans l’année des raisons qui m’ont fait quitter la FFJdR. Ben ch’uis pas tout seul. Allez, bon vent.

Suite à une nouvelle assemblée générale (AG) de la Fédération Française de Jeux de Rôle (FFJdR) non tenue dans les règles (documents tels que professions de foi, bilan moral et de trésorerie non publiés, délais légaux non respectés, temps d’assemblée réduit interdisant de facto toute discussion…), nous, signataires de ce texte, dressons un bilan, nécessairement « off », des dernières années, sur la base des éléments publics dont nous disposons.

  • Les démissions régulières du conseil d’administration (CA) sont symptomatiques d’un dysfonctionnement chronique.
  • La trésorerie n’est plus tenue avec rigueur. Les bilans financiers, incohérents, voire entachés d’erreurs, ne sont pas envoyés à temps pour les AG (jusqu’à trente jours de retard). Nous nous interrogeons également sur la pertinence de certains choix, comme l’achat d’un appareil à cartes bleues (pour vendre quoi ? quand ?) ou la commande d’une charte graphique et d’un logo à une société gérée par un administrateur (conflit d’intérêt) et par ailleurs jamais livrés.
  • Les nouveaux statuts de la FFJdR se basent sur des « statuts types pour des associations reconnues d’intérêt général » dont le secrétariat d’État en charge de la vie associative n’a pas connaissance.
  • En dehors du paiement annuel de la cotisation, les membres de la FFJdR ne sont jamais mis à contribution par le CA, qui n’autorise aucun temps de débat et d’échange et stigmatise les trouble-fêtes qui les appellent de leurs vœux.
  • En trois ans, la FFJdR a perdu 56 % de ses membres individuels et 48 % de ses membres associatifs. Seul l’effectif des membres professionnels a progressé de 150 % (passant 2 à 5), mais il faut préciser que la CA a au préalable éliminé tous les anciens partenaires pour repartir de zéro.
  • Les prises de positions publiques polémiques de la FFJdR (D&D qui ne serait pas un JdR ou la récente recommandation de jouer sans accessoire, musique comprise, assortie d’une allusion incongrue à Anders Breivik, pour ne citer que les plus tristement célèbres) ne sauraient représenter l’opinion de tous les membres (restants…) de l’association et vont à l’encontre de son objectif fédératif.

En conclusion, nous, soussignés, après avoir accompagné pendant des années la FFJdR, comme membres du bureau, administrateurs ou simples membres actifs, pensons que le CA actuel de la FFJdR trahit les objectifs qui ont présidé à la fondation de l’association, et prédisons que la FFJdR ne saura longtemps conserver l’agrément Jeunesse et Éducation Populaire, gage de fonctionnement démocratique et de gestion transparente. En conséquence, le CA combattant activement toute ouverture en son sein, ceux d’entre nous qui espéraient encore un retour à la raison ne renouvelleront pas leur cotisation cette année afin de ne pas cautionner plus longtemps ses actions.

Julien Aubert, ancien président, membre de 2006 à 2011 ;
Jérôme Darmont, ancien administrateur, trésorier, secrétaire, et président, membre de 1996 à 2011 ;
Philippe Gauron, membre fondateur, ancien administrateur, membre de 1996 à 2011 ;
Joël Laurent, ancien administrateur, membre depuis 2006 (Président de l’association «La taverne de l’elfe vert» depuis 2007) ;
David Margueritat, ancien trésorier-adjoint, membre bénéficiaire depuis 2010 puis membre depuis 2011 (ancien administrateur d’Opale-Rôliste) ;
Frédéric Padro, alias Krugger (ancien président de « Trollistes et Compagnie », 82).

Voir aussi http://forums.ffjdr.org/viewtopic.php?f=1&p=290188#p290188, si ça reste en ligne. 🙂

2 réponses à to “Lettre ouverte aux membres de la FFJdR”

  • Fil says:

    Suite à la non communication du Règlement Intérieur et de la convocation de l’AG 2012, j’ai appris par un courrier à contact@ que L’AG était à 10h, soit 3 jours avant qu’elle ne se tienne.
    Les documents de l’AG (profession de foi, bilan moral et de trésorerie) n’ayant malheureusement pas été publiés (malgré l’annonce du webmestre du forum de la FFJdR), j’aurai malheureusement eu du mal à lire sur place la totalité des bilans pour pouvoir décider quoi voter. Toutefois, comme je disposais des documents de l’an dernier, j’ai pu me baser là-dessus afin de tirer un bilan –nécessairement positif– des dernières années à la FFJdR:

    * La recomposition du conseil d’administration (CA) tous les semestres prouve son dynamisme. Avec certes des démissions, à cause d’événements familiaux et personnels totalement indépendant du CA, mais surtout avec une recherche de sang neuf, le CA montre de manière éclatante que, bien qu’il perde ses administrateurs sans que les membres ne reçoivent aucune explication sur ces démissions, l’ambiance au sein du CA est bonne. Ah, on m’indique qu’un administrateur (le trésorier adjoint) n’a pas joué collectif, mais cet esprit chagrin ne peut être qu’une exception.


    * La trésorerie, tenue avec rigueur, fut envoyée trente-six heures avant l’AG de février 2011. Certes, c’était avec trente jours de retard, mais cela montre justement combien le trésorier s’attachait à présenter un bilan reflétant l’état des comptes au jour de l’AG. Et ce alors qu’il ne lui était demandé que la présentation des comptes au 31 décembre 2010. Bien sûr, la comptabilité présentait des incohérences, voire quelques erreurs, mais ce ne sont que des chiffres, est-ce vraiment important ? L’essentiel n’est-il pas que la FFJdR a investi dans un appareil à cartes bleues pour vendre ses nombreux (futurs ?) produits dérivés sur les salons ?
    Le trésorier aurait aussi bien pu céder à la facilité et laisser ce poste durant l’année à un autre administrateur reconnu comme plus compétent dans ce genre de tâches par le CA comme le chargé des associations. Mais non ! Son devoir lui tenait trop à coeur pour laisser cette charge. D’ailleurs, cet administrateur compétent chargé des associations fut convaincu de démissionner dans le courant de l’année puisqu’il était inutile au CA…
    Malgré ses efforts, quand des critiques s’élèvent lors de l’AG sur la qualité de son travail, il n’hésite pas à présenter sa démission.
    Et pourtant, prouvant ainsi son sens du sacrifice, le webmestre annoncera sur le forum qu’il a repris ce poste courant 2011 parce que personne n’a été trouvé pour tenir la trésorerie malgré les efforts faramineux faits pour chercher un remplaçant (l’annonce a malheureusement due rester bloquée au sein du CA à cause d’un problème technique). Et on ne doute pas que c’est pour satisfaire son humilité que le CA n’a pas communiqué sur cette excellente nouvelle pour la FFJdR que fut la reprise de la trésorerie par le démissionnaire.


    * La bonne gestion de l’association est assurée la présence de compétences poussées au CA. Celui-ci a ainsi pu démontrer son expertise en droit plusieurs fois. Lors de la rénovation des statuts, par exemple, il a déniché des statuts types pour des associations reconnues d’intérêt général alors que l’État n’en avait pas connaissance.
    Il a aussi démontré au secrétariat d’État en charge de la vie associative que son interprétation des statuts de la FFJdR était erronée ! On sait donc maintenant qu’on peut envoyer en même temps une convocation d’AG et celle pour la seconde AG qui se tiendra en cas de quorum non atteint (car oui, la divination fait partie des nombreux dons du CA !), sans bien sûr s’embêter à prévenir les membres que le quorum de l’AG n’a pas été atteint une fois qu’elle a été tenue.
    Le CA a de plus pu deviner que bientôt, les statuts types du Conseil d’État pour la reconnaissance d’Utilité Publique seront modifiés afin que les statuts de la FFJdR deviennent compatibles. Ce même CA a également gagné un temps précieux en se passant de faire appel aux compétences des membres de l’association, pleinement conscient de sa maîtrise du droit, de la comptabilité, et de l’informatique, comme on vient de le voir.
    Le CA a par ailleurs une telle connaissance des archives de la FFJdR qu’il n’a pas eu besoin de contacter les anciens administrateurs pour savoir qu’aucune archive n’existait. Il a ainsi pu relancer plus rapidement des dépenses pour une charte graphique et un logo… certes, cette dernière n’a malheureusement jamais pu être livrée car la société prestataire a posé problème. Et comme c’était un administrateur de la FFJdR qui travaillait dans cette entreprise et l’avait recommandée (qui a dit conflit d’intérêt ?!), on avait pu gagner un temps précieux en s’épargnant les embêtements et la paperasse. 


    * La démocratie interne est parfaite. Le CA regroupant en son sein des individus extraordinaires, il regroupe toutes les compétences nécessaires. Ainsi, la FFJdR a été novatrice encore une fois, puisqu’en dehors du paiement annuel de la cotisation, elle épargne le coûteux temps de débat et d’échange que d’autres associations et fédérations imposent à leurs membres. Le CA prend sur lui ce travail ingrat ! Bien sûr, certains s’élèvent en parlant de manque de démocratie, mais ils n’ont qu’à se présenter au CA («y’en a qu’ont essayé…») ! La FFJdR, on l’aime ou on la quitte !


    * L’agrément Jeunesse et Éducation Populaire de la fédération (http://www.associations.gouv.fr/639-l-agrement-de-jeunesse-et-d.html), gage de fonctionnement démocratique et de gestion transparente, permet à la FFJdR de prouver, comme le montrent les exemples précédents, qu’elle est une association modèle. Ne doutons pas que cet agrément lui restera acquis de longues années.


    * Enfin, l’adhésion totale des membres et des rôlistes avec le projet du CA fait plaisir à voir. Le fait qu’en trois ans, la FFJdR ait perdu 56 % de ses membres individuels et 48 % de ses associations pourrait sembler négatif au premier abord. Toutefois, ces associations avaient sans doute le mauvais goût de jouer à D&D et non aux vrais jeux de rôle que sont les Playmobil(R), comme nous a éclairé le président. Leur départ est donc plutôt une bonne chose. Par ailleurs, la déclaration assumée du président expliquant que «les rôlistes, c’est vraiment des cons !» a permis d’inviter notre communauté à la remise en question dans un contexte apaisé et valorisant pour le JdR. L’absence de réactions dans les média (à part Casus Belli et Mystery machines, mais ça compte pas, ils ont disparus, ils avaient donc forcément tort) démontre d’ailleurs que les membres de la FFJdR se retrouvent totalement dans ces prises de position audacieuses. D’ailleurs, on compte +150 % de professionnels (passant 2 à 5), c’est bien une preuve que la FFJdR plait à des gens. Bon, évidemment, certains chercheront la petite bête en disant que le CA a au préalable éliminé tous les partenaires (ancien nom des pros) pour repartir de zéro.

    Vous l’avez compris, je fais totalement confiance au CA pour gérer la FFJdR, car depuis sa nomination, on ne compte plus les succès.
    D’ailleurs, j’ai tellement confiance que je pense que la FFJdR n’a plus besoin d’autres membres que le CA. En effet, ce dernier a montré qu’il regroupe en son sein toutes les compétences utiles, émet des avis pertinents et rassembleurs, et dispose d’une trésorerie suffisante. La présence de membres ne donc peut que lui faire perdre un temps précieux dans sa mission de promotion du jeu de rôle.
    C’est pourquoi après avoir accompagné la FFJdR depuis sa création, comme actif et au sein de CA, je ne renouvellerai pas ma cotisation cette année afin de ne pas gêner le CA plus longtemps.

Laisser une réponse à Jérôme

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button