Articles avec le tag ‘Blue Planet’

Couverture Quickstart Blue Planet: Recontact
Jamais deux sans trois, mais last but not least, voici mon dernier quickstart de l’été, celui de Blue Planet, qui fait partie de mon panthéon rôliste. Il faut dire qu’après la revised edition mort-née de 2012 et un vague (hu hu) supplément PDF en 2016, je n’avais plus guère d’espoir… Et là, en quelques semaines, Jeff Barber nous annonce une vraie nouvelle édition baptisée Recontact et sort ce doc pour la Gencon !

Bon, en fait de quickstart, c’est plutôt un extrait du jeu (82 pages, tout de même !). Du coup, c’est nul comme quickstart. Il y a quand même tout ce qu’il faut pour jouer : un scénar avec ses persos prétirés, une grosse partie des règles ; mais il y en a bien plus qu’il n’en faut (notamment en termes de contexte ; il y a une liste de matos, aussi). De plus, le scénario lui-même, bien qu’intéressant, est très verbeux et fouillis. Il vaut mieux le lire et le mener à sa sauce que d’essayer de s’appuyer dessus pendant la partie !

Tant qu’on est dans la forme, ce n’est pas super non plus. La couverture et une carte en couleur de l’archipel Pacifique sont sympas, mais la mise en page en deux colonnes avec une police de caractères minuscule (mes yeux en saignent encore — spéciale dédicace à Imaginos : tu fais bien d’attendre le livre en dur) est austère. Il y a aussi des soucis de mise en page en fins de chapitres (des blocs de textes dupliqués ; sur le coup, on est un brin perdu) et quelques coquilles, finalement pas si nombreuses au vu du pavé électronique.

Pour autant, on a ce coup-ci une vraie révision/simplification des règles de la v2, notamment au niveau des caractéristiques et des compétences, beaucoup moins nombreuses, mais sans perdre de précision pour les secondes, ainsi que du combat. Le tout avec une touche freeform bienvenue. Quelques nouveautés font aussi penser aux aspects de FATE, en moins lourd. Je trouve encore un peu flous les jeux de compétences (skillsets), mais la création de perso prévue dans la version intégrale du jeu devrait préciser tout ça.

Bref, comme quickstart, vous avez compris que ce doc ne me convainc pas des masses. Par contre, comme teaser pour Blue Planet: Recontact, je suis à fond ! Il va aussi falloir se faire aux changements de noms (Néréides au lieu d’Aborigènes, Nouveau Collectif de Gaia au lieu Nouveau Mouvement Rastafarien, Harmonie au lieu de Nouvelle Kingston), mais c’est une question de respects des Aborigènes et des rastafari, respectivement.

Expanded Skill Use for Blue Planet (Cover)
Avant de vous parler de ce supplément PDF, laissez-moi vous résumer l’évolution de Blue Planet, un de mes jeux fétiches. La première édition, publiée par la boîte des auteurs, Biohazard Games, présentait un contexte écolo-futuriste diablement excitant, très fouillé, assorti de règles au moteur classique, au rendu réaliste (un bon point en ce qui concerne), mais toutefois empreintes de lourdeur.

La deuxième édition (dite v2), parue chez Fantasy Flight Games, reprenait intégralement le contexte mais, ce qui faisait passer la pilule, proposait des règles plus modernes (le système Synergy) et bénéficiait d’une mise en page moins austère (quoi que je préférasse les sublimes couvertures de la v1). Une petite gamme s’en suivit, sans doute pas suffisamment rentable pour FFG.

Après un bon moment, une Revised Edition fut annoncée chez Red Brick, puis concrétisée chez FASA. Publiée dans un format rikiki, assez moche, elle reprenait de nouveau le contexte tel quel et révisait les règles plutôt légèrement. Rien de neuf par rapport à la v2 ne fut ensuite publié.

Les gars de Biohazard Games, qui sont visiblement plus ou moins passés à autre chose, ont alors transféré leur bébé chez Capricious Games, qui étaient à fond, à fond, à fond sur Blue Planet, et ont décidé de revenir à la v2 (et hop, au pilon ma revised, double gmbl, donc). Pourtant, jusqu’à présent, on n’a pas eu grand chose à se mettre sous la dent de leur part, si ce n’est quelques PDF, dont cet Expanded Skill Use.

Et je regrette de le dire, mais comme le pressentait l’ami Imaginos, c’est plutôt léger. En gros, il s’agit d’interpréter les qualités de réussite façon FU RPG avec des « Oui, et » (bénéfices), « Oui, mais » (complications) et « Non, et » (catastrophes). Ça prend une page… Le reste du document (une vingtaine de pages) décline les bénéfices, complications et catastrophes par compétence. Et c’est à peu près tout, si l’on excepte une nouvelle de deux pages, qui aurait eu un intérêt si elle avait servi d’exemple illustratif, ce qui, vous l’avez deviné, n’est pas le cas.

Bref, après les aventures amateur disponibles gratuitement et mises en vente en PDF après mise en page par Capricious Games, je suis toujours en attente de la concrétisation des intentions initiales de cet éditeur et d’un véritable renouveau de Blue Planet

Couverture Player's BPRE
Je ne sais pas comment cliquer « alléluia » comme un dauphin (ou plus prosaïquement « youpi », car je ne suis pas soudainement devenu croyant) pour exprimer ma joie de la renaissance d’un de mes jeux fétiches à l’occasion de cette édition révisée. Édition révisée qui se présente actuellement sous la forme d’un livre du joueur essentiellement consacré aux règles, d’un livre du MJ (exit le Modérateur des éditions précédentes) plus consacré au fluff contexte et d’Ancient echoes, dédié aux cétacés. Les deux bouquins de base intègrent également les suppléments v2 Fluid mechanics et Natural selection.

Couverture GM BPRE
Sur le fond, on retrouve dans cette édition tout ce qui m’a fait aimer le contexte de Blue Planet, avec en plus des règles un peu améliorées (moins de caractéristiques et de compétences, quelques corrections mineures, une upgrade bienvenue de la technologie, qui a dans la vraie vie bien évolué depuis la première édition du jeu). J’aurais personnellement préféré que ce processus de streamlining aille plus loin, mais si vous avez toujours regretté de ne pas vous être procuré les précédentes éditions, c’est quand même le moment de vous décider ! Pour plus de détails sur les différences avec la v2, passez voir chez l’ami Imaginos (ici pour les cétacés).
Couverture AE RE
Sur la forme, je suis plus réservé. Les dimensions choisies (15,5 x 23 cm en couverture souple) rendent les bouquins assez volumineux et difficiles à manipuler (pas très pratique en jeu). Les couvertures des bouquins de règles ne sont pas très pertinentes (il n’y a pas de créature cthulhuoïde ni de requin sur Poséidon) et le rendu est très sombre. Il y avait certainement plus évocateur… J’ai d’ailleurs toujours une grande nostalgie pour celles de la v1, malgré leur typo de titre ratée. La mise en page du Player’s est assez dégueulasse (marges trop petites, police de caractères désagréable) et les illustrations majoritairement moches. Elles sont pourtant nombreuses à être recyclées mais, à moins que ma mémoire ne me joue des tours, j’ai l’impression qu’elles rendent bien moins bien qu’avant. Heureusement, les problèmes de mise en page sont rectifiés dans les autres bouquins et la couleur (en option), si elle n’est pas indispensable, égaye également le tout.

Normalement, les derniers suppléments v2 non encore intégrés devraient l’être en un ou deux volumes. Mais ce que j’attends vraiment, c’est du matériel original… J’espère que cette nouvelle gamme survivra commercialement jusque là.

Couverture Blue Planet Revised Edition
Ça y est, l’édition « révisée » de Blue Planet est dispo (en PDF et/ou couverture souple) chez son nouvel éditeur FASA. En revanche, encore rien dans les boutiques (y compris en ligne) françaises… Mais ne nous laissons pas abattre et ressortons plutôt des cartons quelques souvenirs parus dans Casus Belli v2 (n° 10) en 2001.

2075

Un trou de ver lorentzien est découvert au-delà de l’orbite de Pluton. Il débouche sur le système Lambda Serpentis, distant de 35 années-lumière de la Terre. Une planète-océan habitable baptisée Poséidon y est découverte.

2087

Un groupe d’humains génétiquement modifiés pour être parfaitement adaptés à leur environnement aquatique et de cétacés éveillés à la conscience fonde la première colonie de Poséidon.

2090

Sur Terre, un virus destiné à combattre un parasite du riz attaque les plants qu’il était sensé préserver et se développe de façon foudroyante. La famine frappe le monde entier. Les ressources de la Terre sont totalement mobilisées pour combattre le fléau, sous la direction de la GEO (Global Ecology Organization). 70 ans plus tard, le virus est éradiqué, mais la population de la Terre a été réduite de moitié. Pendant cette période, les colons de Poséidon sont abandonnés.

2165

La deuxième vague de colonisation de Poséidon s’amorce. Les premiers colons, désormais appelés natifs, accueillent les nouveaux venus de façon mitigée.

2185

Un minerai permettant d’arrêter littéralement le vieillissement est découvert sur Poséidon, ce qui déclenche une véritable ruée vers le Long John, tel qu’il est surnommé.

2199

L’exploitation de Poséidon et de son Long John continue à s’intensifier, sur fond de guerres corporatistes. La population de la planète approche rapidement des deux millions d’habitants. Des animaux marins en forme de raies, baptisés aborigènes et supposés intelligents, se manifestent de plus en plus souvent. Leur but demeure cependant mystérieux.

Blue Planet est un des jeux les plus enthousiasmants de ces dernières années. Entre hard science écolo, cyberpunk light et mystère cosmique, son cadre est d’une richesse et d’une cohérence rares. La deuxième édition bénéficie de surcroît de règles souples, efficaces et réalistes, ainsi que d’un réel suivi. Alors… Bienvenue sur Poséidon !

Couverture Fluid Mechanics

Fluid Mechanics

Je ne suis pas fan des catalogues de matériel, mais je dois avouer que celui-ci est bien foutu. Quand même pas de quoi sauter au plafond, il y avait de mon point de vue suffisamment de matériel dans le Player’s Guide. Le bon point là-dedans, ce sont les règles de combat pour véhicules.

Ma note : 3/5

Couverture First Colony

First Colony

First colony est un « campaign sourcebook » consacré à la ville de Haven. Loin de répéter les éléments présents dans le Moderator’s Guide, il insuffle véritablement une vie et une âme à cette ville en laissant transparaître l’atmosphère propre à chaque quartier et les enjeux de pouvoir existant entre l’autorité locale, les états corporatistes, le GEO (tiens, au passage, je me suis rendu compte qu’il faudrait dire « la », mais je trouve ça laid) et le crime organisé. Quatre scénarios se déroulant à Haven sont finalement proposés. Le premier, « Gorkytown », est une enquête très sympa avec des relations inter-PNj intéressantes. Le deuxième, « Strange bedfellows », n’est pas mal non plus, mais en plus court et en plus « action ». Le troisième, « The expedition », demandera des efforts au MJ pour installer une ambiance oppressante et le rendre vraiment prenant (sinon, ce n’est pas très subtil), mais peut s’ouvrir sur des suites plus intéressantes. Le dernier scénario, « Lost and found », est de loin le plus faible : une quête sans intérêt aucun. La seule chose que je reproche à ces scénarios, et plus généralement à tous les scénarios parus pour BP (dans UnderCurrents, par exemple), est qu’ils ne tirent par partie de l’extraordinaire richesse du jeu, de ses secrets les plus originaux, en un mot, des aborigènes (exception faite de « The expedition »). À la limite, la plupart de ces histoires sont suffisamment génériques pour être jouées dans n’importe quel JdR. Mais bon, ne boudons pas notre plaisir, quand même !

Ma note : 5/5

Couverture Frontier Justice

Frontier Justice

Frontier Justice est consacré aux forces de l’ordre et aux organisations criminelles de Poséidon. L’ouvrage est divisé en quatre grands chapitres. Le premier (18 pages) catalogue les grands types de crimes possibles et leurs ficelles. Le deuxième (15 pages) est consacré au crime organisé et plus précisément à la Famille Gorchoff et au NRM. Le troisième (57 pages !) est consacré aux forces de l’ordre : organisation, ressources, procédures, etc. Le quatrième (39 pages) est un scénario malin pouvant être joué soit par des flics, soit par des truands, voire même en parallèle par deux équipes opposées (même si ça doit demander pas mal de travail en plus et une coordination impeccable). Des personnages pré-tirés sont fournis. Mon seul regret concernant ce supplément est son aridité. J’ai trouvé le troisième chapitre particulièrement chiant, trop détaillé, en fait. D’ailleurs le déséquilibre flics/truands est flagrant. J’aurais préféré avoir plus de détails sur les organisations criminelles comme les Yakuzas ou les triades chinoises, évoquées en une ligne chacune !

Ma note : 4/5

Couverture Natural Selection

Natural Selection

J’attendais ce supplément avec une grande impatience et, globalement, je ne suis pas déçu. Ça démarre très fort (abruptement, même, pas d’intro ! 🙂 avec un guide de survie posidonien qui en fera baver à vos joueurs mais qui est un régal pour le MJ. La série de rencontres possibles en milieu sauvage donne aussi pas mal d’idées. La deuxième partie du supplément (taxonomie de la faune, flore, climat, océanographie, météo) est la moins réussie car scolaire et ennuyeuse si lue à haute dose. Cependant, la qualité scientifique est a priori au rendez-vous et c’est une mine d’or si vous cherchez une info précise. La troisième partie détaille de nouvelles créatures posidoniennes dans un excellent complément du livre de base. Certaines bestioles sont un peu trop proches de leur équivalent terrien (le lapin, par exemple), mais elles sont l’exception. Finalement, le scénario qui conclut l’ouvrage (décidément une excellente habitude) est de bonne facture. Il confrontera les personnages au milieu sauvage posidonien et leur proposera quelques dilemmes à trancher. En conclusion, Nat’Sel’ est peut-être le meilleur supplément BPv2 à ce jour, c’est dire. À consommer sans modération !

Ma note : 5/5

Couverture Ancient Echoes

Ancient Echoes

Wah ! La claque ! Je ne pensais pas qu’il serait possible de faire mieux que Natural Selection… Et bien si ! Ça faisait longtemps que je n’avais pas dévoré un supplément de JdR comme ça ! Avant, jouer un cétacé à Blue Planet pouvait paraître compliqué : ils sont physiquement tout le temps dans l’eau, ils ont une mentalité très différente des humains, etc. Même casse-tête côté MJ pour gérer un groupe mixte humanoïdes-cétacés. Toutes les réponses se trouvent dans ce supplément, et plus encore ! De nouvelles espèces de cétacés (dauphins communs, bélugas et dauphins pilotes), l’histoire des cétacés (impeccablement cohérente avec le reste du background de BP), leur physiologie, leurs coutumes, leur état corporatiste bien spécifique (Hydrospan), la création de perso, la gestion des modules télécommandés, tout, tout, tout et tout bon ! Peut-être un petit bémol côté illustrations : elles sont peu nombreuses (mais de qualité, ce qui compense en ce qui me concerne). Bref, ce supplément est un indispensable de la gamme.

Ma note : 5/5

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter
Recherche
Archives
Add Free Blog button