Articles avec le tag ‘Château Falkenstein’

Couverture Miss Peril's Guide to the Globe
Ce petit (7 pages couverture comprise) guide touristique gratuit (en PDF) nous emmène dans des micro-états peu connus de la Nouvelle Europe : le Grünewald, l’Illyrie, l’île de Mayda et la Ruritanie. Ça vous dit quelque chose ? Normal ! Même si seule l’Illyrie existe bel et bien sur notre bonne vieille Terre, les autres viennent de sources littéraires (Daudet, Shakespeare et Stevenson, entre autres). Mazette !

Les cartes postales sont rapidement brossées, mais je trouve qu’elles constituent de bonnes amorces de scénarios. Bien sûr, j’ai mes préférences, mais je trouve ce genre de petite aide de jeu très sympa.

Bon… Talsorian qui reprend la main, qui met du matériel en ligne pour Falkenstein, qui diffuse des actual plays. Il n’y aurait pas quelque chose sur le feu, là ?

Tant que j’y suis, Talsorian a aussi publié en ligne (en pur HTML) des règles pour créer des persos automates. Ah, ah, je l’avais fait avant eux ! Bon, pour être honnête, c’est plus développé chez Mr Talsorian (euh, Pondsmith), mais j’ai l’impression que la création de perso s’est étoffée par rapport au livre de base. Encore un indice de quelque chose à venir ?

À suivre…

Castle Falkenstein - Automate

Couverture Babbage's Engine                                Couverture Babbage's engine Talsorian
Babbage’s Engine est un scénario qui a eu plusieurs vies, d’abord dans un magazine américain, ce que je viens d’apprendre, puis sous la houlette de Fat Goblin Games (couverture de gauche), avant que, semble-t-il, Talsorian reprenne la main et le republie gratuitement récemment (couverture de droite). Pour quoi faire, me direz-vous ? Eh bien jouons au jeu des 7 différences !

On remarque en premier lieu que les illustrations, dont les plans, sont différentes (sans doute des histoires de droits), sauf trois. Les portraits des PNJ et des PJ prétirés sont notamment des simili-photos plutôt réussies dans la version Talsorian. Tant qu’on y est, un des PNJ est modifié dans la version Talsorian, qui ne reprend également que deux des prétirés.

Pour le reste, les chapitres 1 et 2 sont à vue de nez identiques entre les deux versions. Le chapitre 3 est en revanche allongé de presque deux pages dans la version Talsorian, avec des conseils pour gérer des joueur·ses qui « sortiraient des rails » (sic). Le chapitre 4 a été complètement réécrit dans la version Talsorian, qui est plus courte de moitié que la version FGG, étonnamment. Enfin, l’épilogue version Talsorian inclut des plans supplémentaires.

On peut donc conclure que la version Talsorian est globalement une amélioration de la version FGG, même si, sur le fond, ça ne me fait pas beaucoup changer d’avis sur le scénario.

Couverture Variations on the Great Game
Là, je me suis fait un peu avoir, car ces variations reprennent celles de

…mais le tout est « révisé et mis à jour pour plus de clarté et de précision ». Bon, je n’ai pas tout lu en détail, mais ça a quand même l’air d’être pile-poil la même chose que ce que j’ai déjà chroniqué ci-dessus, que je n’avais pas trouvé particulièrement obscur. Le point positif, c’est que cette compil’ est plutôt mieux illustrée.

En gros, si vous n’avez pas craqué pour les cinq variations précédentes, je dirais que ça vaut plutôt le coup pour un peu moins de 6 €. Sinon, vous allez perdre un peu moins de 6 €. 🙂

Castle Falkenstein Fortune Card Deck
Castle Falkenstein se joue avec des cartes (les dés, c’est vulgaire). Un jeu de 54 cartes, ou plutôt deux ou trois (un pour le MJ, un pour les joueur.ses, un pour la magie), fonctionnent très bien, ou même un jeu de Tarots si vous voulez vous la péter. Mais là, c’est un jeu exprès pour. C’est même trois séries de cartes.

La première série, c’est un jeu de 54 cartes dont chaque couleur représente une des nations majeures du Grand Jeu (Angleterre, Bavière, France, Prusse) et rappelle sa fonction (actions physiques, mentales, sociales, émotionnelles). De plus, les figures et les as représentent des personnages et un lieu emblématique, respectivement (Louis II de Bavière et le Château Falkenstein, par exemple).

La seconde série de (12) cartes permet de jouer les duels, qui suivent des règles particulières. On peut aussi faire avec des cartes normales, mais celles-ci ont l’avantage d’être spécifiques et de rappeler les règles. Tiens, elles doivent être réutilisables à Avant Charlemagne ! Je n’avais pas fait le rapprochement jusqu’ici.

La dernière série compte 24 cartes (4 x 6) qui récapitulent les talents (y compris quelques-uns des suppléments) et leurs niveaux, et dont l’utilité ne m’apparaît pas clairement.

En conclusion, on ne va pas se mentir, les cartes sont plutôt moches et seuls les collectionneurs complétistes comme moi leur trouveront un quelconque intérêt.

Pour vous rendre compte par vous-même :

Couverture The Six-Sided Variation
The Six-Sided Variations est un PDF de 8 pages, dont 5 réellement utiles (on enlève la couverture, les crédits et une fiction dispensable), qui vise à remplacer les jeux de cartes par des combinaisons de jetons de couleur et de dés.

Au lieu de tirer des cartes, les joueur·ses tirent des jetons qui leur donnent 2d6 à lancer s’ils sont de la bonne couleur (à mettre en correspondance avec les piques, trèfles, carreaux et cœurs des cartes) et 1 point ou 1d6 (selon l’option choisie par l’hôte) sinon. D’autres options permettent de limiter le nombre de jetons et de dés pour un seul test. Deux nouvelles options (il y a bien un « s » à variations dans le titre) permettent d’ajouter des jetons spéciaux qui donnent un ou deux 6 automatiques (dans ce dernier cas, on retrouve les jokers du jeu de cartes), respectivement.

Finalement, il faut aussi gérer le deck de sorcellerie. Une page pour dire que ça marche pareil, hormis une option avec/sans harmoniques, une autre pour simuler les jokers (qui donnent des effets magiques sauvages dans le jeu de base) et de jetons royaux qui permettent de lancer 3d6.

Bon, je suppose que ça fonctionne, que les fétichistes des dés apprécieront, mais pour ma part, je préfère en rester aux cartes, c’est tout de même beaucoup plus comme il faut.

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter
Recherche
Archives
Add Free Blog button
Skip to content