Articles avec le tag ‘Chroniques Oubliées’

Boîte Initiation au jeu d'aventures - Chroniques Oubliées Fantasy
Si vous me suivez, vous savez déjà que je suis assez fan de Chroniques Oubliées, en tout cas dans sa déclinaison fantasy (je suis bien moins convaincu de la pertinence du système, très héroïque même s’il peut être « tuné », dans un environnement contemporain ou futuriste). Du coup, à la parution d’une nouvelle boîte d’initiation illustrée par Ségur (en option), je n’ai pas pu résister.

Cette nouvelle boîte reprend la première, parue en 2010, en version « plus plus » (à part les dés qui, monochromes, sont moins beaux, si ma mémoire est bonne). Elle fleure aussi bon la madeleine en reprenant les codes de l’Œil Noir (versions années 80), avec son sous-titre « Initiation au jeu d’aventures » et ses figurines en carton (de bonne facture) à socle plastique digne des Accessoires du Maître.

Le livret de règles et d’aventures, ainsi que tout le matériel (feuilles de perso comprises), en fait, est tout en couleur et agrémenté de plus nombreux conseils aux débutants que l’original. Les règles doivent respecter le canon de la dernière édition en date (je n’ai pas vérifié). Les aventures sont les mêmes, avec en « bonus » une mini-aventure supplémentaire.

Pour le reste, on trouve un écran très ségurien (personnellement, j’adore) et un grand plan sur lequel poser les figurines (qui doit aussi supporter des gribouillis au feutre effaçable), qui représente le lieu d’un scénario au recto et un terrain pierreux au verso.

S’il fallait comparer COF à D-Start, je serais bien embêté. En fait, les deux jeux ne visent pas tout à fait le même créneau : multi-univers, pour 10 ans et plus, personnages non évolutifs pour D-Start ; med-fan, pour 14 ans et plus (même mention du nombre de joueurs, de l’âge et de la durée), personnages évolutifs pour COF. Voyez en fonction des goûts et de l’âge de vos gamin·es. Ah, et j’ai trouvé la réponse à ma question du prix du « tout couleur » : environ 10 €.

Pour une idée plus précise de ce qui se trouve dans la boîte, voir la vidéo de Rôliste TV.

Couverture CO Fantasy
Après avoir été publié sous forme de boîte, puis avoir été longtemps après revisité dans les pages de Casus Belli version BBE, Chroniques Oubliées revient sous forme d’un hors-série Casus. Si, comme moi, vous avez fait votre propre impression des pages importantes de la version revue, tout ça bien rangé dans un porte-vue, laissez-vous tenter malgré tout. Déjà, bien qu’au format mook, le petit bouquin est vraiment beau, surtout la version deluxe à couverture rigide que je me suis offerte. De plus, toutes les règles parues au fil du temps ont été réorganisées, ce qui donne un tout plus cohérent que tout ce qu’on peut faire à la mano. Et enfin, non seulement tout ce qui est paru dans les pages de Casus est compilé dans cette mouture de CO, mais l’ouvrage contient aussi pas mal de matériel supplémentaire : nouvelles voies de prestige bienvenues pour amener un peu de variété aux personnages de haut niveau, conseils au MJ (pour mener une partie, écrire un scénario, préparer des rencontres équilibrées), une foultitude de règles optionnelles (dont quelques nouvelles espèces qu’on a plaisir à retrouver, comme les félis illustrés ci-dessous), enfin un bestiaire digne de ce nom (lire copieux), un scénario original se déroulant au même endroit que ceux de la boîte marron et quelques index utiles. Bref, si vous voulez offrir un JdR med-fan fun à des ados ou des pré-ados, ne cherchez pas plus loin.
Illustration de félis

Chroniques oubliées
Chroniques oubliées
Adventure party
Couverture Adventure party
Matériel Livret et feuilles de perso en couleur, écran du MJ, figurines à découper, CO version boîte l’emporte haut la main. Mais AP, en proposant une solution tout-en-un, demeure plus accessible que CO version Casus.
Ambiance Médiéval-fantastique, plutôt high fantasy Médiéval-fantastique tirant vers l’arthurien
Création de personnage Prétirés ou création complète Prétirés
Résolution des actions d20 + caractéristique ≥ difficulté variable d6 + compétence +/- modificateur ≥ difficulté fixe
Scénarios Nombreux (officiels ou amateurs), du plus linaire pour démarrer à la campagne ouverte (Oblis) Linéaires, au nombre de 4 dans la boîte de base + 5 dans l’extension L’or des elfes
Le gros point fort L’évolutivité des personnages Le système élégant uniquement à base de compétences
Le gros point faible La brouette de capacités à gérer L’absence d’évolution des personnages
Suivi Abondant dans Casus Belli Outre L’or des elfes, d’autres jeux de la même gamme
Ma critique ./?p=175 ./?p=1683

N’hésitez pas à commenter ce tableau pour m’aider à le faire évoluer !

Oblis
Finalement, je me suis décidé à jouer dans le cadre d’Oblis. Du coup, j’ai pondu deux petites aides de jeu pour aider mon groupe (nombreux) à la création des personnages.

EDIT : Ajoutons à cela une aide de jeu schématisant les relations entre les PNJ impliqués dans la campagne « Conquérants des brumes » !

Illu Oblis
Oblis est un univers-campagne à l’origine publié dans le défunt magazine Black Box, puis repris dans Casus Belli avec le système de Chroniques Oubliées (CO). L’ambiance est plutôt sombre et low fantasy, plutôt comme dans le Trône de Fer que dans D&D, les films, si vous voyez ce que je veux dire. Tout ça me convient à merveille. J’ai donc conçu le projet d’y faire jouer toute une troupe de rôlistes allant de vieux de la vieille à leurs enfants, qui ont bien accroché à CO ces dernières années.

Le hic, c’est que l’été vient (1. oui, c’est un clin d’œil ; 2. on joue vraiment l’été) et que je commence à me demander si j’ai la matière à plus d’une séance… Pourquoi ? Et bien, Oblis, tel que développé au fil des numéros de Casus, fait la part belle au contexte (ou fluff, spéciale dédicace à Imaginos) au détriment des scénarios. Ne vous méprenez pas ! J’aime ce contexte. Mais en relisant tout depuis le début pour préparer mon affaire, je me suis rendu compte qu’il y a trop d’explications sur le pourquoi du comment, trop de détails qui prennent de la place alors qu’ils pourraient être expédiés en quelques lignes. Tout cela donne une réelle profondeur à cet univers, mais c’est au détriment des scénarios qui, à part les deux premiers plutôt simples et courts, sont plutôt des chronologies, des guides, ce qui laisse un gros boulot de préparation au MJ.

Du coup, me voilà bien perplexe. Dois-je insister, quitte à improviser, ou me rabattre sur la mini-campagne CO des Seigneurs de l’hiver, elle-aussi parue dans Casus, mais qui est bien plus classique, high fantasy et offrant sans doute moins de double lecture aux enfants et aux vieux ? A contrario, j’ai intérêt à mettre de l’action dans Oblis pour ne pas barber les ados et pré-ados. Sauf que je manque de temps et qu’Oblis est au final en décalage avec mon attente d’une campagne prête à jouer.

Life sucks. 🙂

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button