Articles avec le tag ‘Errants d’Ukiyo’

Couverture Errants d'Ukiyo
En 144 pages, les Errants d’Ukiyo nous emmènent dans le Japon du XIXème siècle, entre histoire et films de sabre des années 70. Dit comme ça, je ne suis pas sûr de faire la meilleure pub à ce jeu, mais pourtant il en mérite une des cinq cent diables !

Le système, en premier lieu, est d’une grande simplicité. Les personnages sont définis par des techniques. Ni caractéristiques, ni compétences, je les rapprocherais plutôt des traits d’Over the Edge/Conspirations. Bref, un truc que j’aime bien (cf. Yo% et le système d30). Sauf que contrairement à moi, l’auteur a poussé la logique de la résolution des actions jusqu’au bout : tout fonctionne de la même manière, comme des oppositions (technique + jet de dés contre technique + jet de dés de l’adversaire), que l’adversaire soit une personne, une montagne, une demeure bien surveillée dans laquelle il faut pénétrer, etc. Il y a bien quelques règles supplémentaires pour la couleur (très bien expliquées, avec des exemples), mais le principal est là. Bref, l’élégance faite système.

Côté background, on découvre le contexte par petites touches, à travers une chronologie, bien sûr, mais surtout dans les descriptions de personnages et de lieux. C’est bien écrit, ça passe tout seul et ça pose bien l’ambiance ! Côté forme, la maquette et les illustrations sont agréables, les fautes rares. Si j’avais un seul regret, ce serait le scénario. Pas en lui-même car, basé sur les relations entre les protagonistes, il me semble qu’il rend très bien le concept du jeu. Mais j’en aurais voulu un peu plus, je crois.

En résumé, les Errants est un « petit jeu » qui a tout d’un grand et que je suis pressé de faire jouer. J’imagine même un parallèle avec ma campagne de Tenga « 200 ans après ».

À lire aussi : Les Errants vs. Tenga.

Tenga
Couverture Tenga
Les Errants d’Ukiyo
Couverture Les Errants d'Ukiyo
Format Un peu plus grand que A5, 192 pages, N&B Presque du A5, 144 pages, N&B
Contexte Japon de la fin du XVIème siècle, une période de troubles où tout est possible Japon de la 2ème moitié du XIXème siècle, une période de troubles où tout est possible
Approche historique Chronologie des événements passés, puis liberté totale Chronologie des événements passés, puis liberté totale
Ambiance Tragédie liée au destin et à l’ambition des personnages Tragédie façon films de sabres des années 70
Création de perso Archétype à personnaliser ou création complète Freeform mais guidée
Création de groupe Complète ; le groupe est vu comme un métapersonnage Définition des relations entre personnages
Résolution des actions Automatique si le personnage a le niveau requis, sinon il faut jeter 1d20 et le perso se fatigue ; possibilité de bonus sur prise de risque décidée par le joueur 2d6 + une technique vs. 2d6 + une technique de l’adversité (personne ou obstacle) en 1 à 3 manches gagnantes
Combat Pas mal d’options en plus des règles de résolution de base ; plutôt mortel Suit les règles de résolution de base ; plutôt héroïque
Surnaturel Discret ; on ne doit jamais savoir si c’est du lard ou du cochon Démons et créatures en carton-pâte (c’est exprès !)
Scénario Linéaire, mais place les personnages au cœur de la grande histoire Intéressant car basé sur les relations entre les PNJ, mais un peu court
Le gros point fort L’intégration des personnages dans leur groupe et leur environnement Le système de résolution qui gère tout avec le même mécanisme
Le gros point faible Les règles un brin intimidantes Le côté caricatural des personnages et des situations
Suivi Abondant sur le site de l’auteur Inexistant actuellement, à ma connaissance
Ma critique ./?p=351 ./?p=767

N’hésitez pas à commenter ce tableau pour m’aider à le faire évoluer !

Couverture des Errants d'UkiyoEn 144 pages, les Errants d’Ukiyo nous emmènent dans le Japon du XIXème siècle, entre histoire et films de sabre des années 70. Dit comme ça, je ne suis pas sûr de faire la meilleure pub à ce jeu, mais pourtant il en mérite une des cinq cent diables !

Le système, en premier lieu, est d’une grande simplicité. Les personnages sont définis par des techniques. Ni caractéristiques, ni compétences, je les rapprocherais plutôt des traits d’Over the Edge/Conspirations. Bref, un truc que j’aime bien (cf. Yo% et le système d30). Sauf que contrairement à moi, l’auteur a poussé la logique de la résolution des actions jusqu’au bout : tout fonctionne de la même manière, comme des oppositions (technique + jet de dés contre technique + jet de dés de l’adversaire), que l’adversaire soit une personne, une montagne, une demeure bien surveillée dans laquelle il faut pénétrer, etc. Il y a bien quelques règles supplémentaires pour la couleur (très bien expliquées, avec des exemples), mais le principal est là. Bref, l’élégance faite système.

Côté background, on découvre le contexte par petites touches, à travers une chronologie, bien sûr, mais surtout dans les descriptions de personnages et de lieux. C’est bien écrit, ça passe tout seul et ça pose bien l’ambiance ! Côté forme, la maquette et les illustrations sont agréables, les fautes rares. Si j’avais un seul regret, ce serait le scénario. Pas en lui-même car, basé sur les relations entre les protagonistes, il me semble qu’il rend très bien le concept du jeu. Mais j’en aurais voulu un peu plus, je crois.

En résumé, les Errants est un « petit jeu » qui a tout d’un grand et que je suis pressé de faire jouer. J’imagine même un parallèle avec ma campagne de Tenga « 200 ans après ». Ma note : 5/5 (Clermont powa!).

À suivre : Les Errants vs. Tenga.

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button