Articles avec le tag ‘Maraudeur’

Couverture Maraudeur 14
Je ne suis de nouveau pas complètement emballé par ce numéro du Maraudeur (mais je rappelle pour la énième fois qu’il est gratuit) : actualités expédiées, critiques moins nombreuses que d’habitude (impression que je n’ai pas vérifiée, remarquez), interview un peu confuse (j’ai le sentiment qu’il s’agissait de souligner le professionnalisme de Game-Fu et que… perdu), un « Elro les bons tuyaux » qui enfonce des portes ouvertes (l’économie med-fan est, justement, fantaisiste ? Non ?!).

Restent quand même pas mal de trucs sympas, comme les critiques (moins nombreuses peut-être, mais pas moins fouillées — celle de Bimbo m’a notamment conforté dans l’idée que ce jeu n’était pas pour moi), le passionnant « Faites entrer l’accusé », le scénario Légendes de la Garde (dommage que ce soit encore avec les prétirés issus de la BD, ON L’A LUE ! Mais là, le scénario est nouveau, au moins), la fin de la campagne l’Anneau unique (bien que je ne sois pas sûr de pouvoir la jouer car elle a mis trop longtemps à sortir, si bien que notre groupe a avancé dans la timeline — note à mon meujeu : non, je ne l’ai pas lue !).

Au prochain numéro, on change de rédac’chef… Wait & see !

Couverture Maraudeur 13
Je ne suis pas totalement emballé par ce numéro du Maraudeur, qui a eu la malchance (n° 13 oblige) d’arriver après Casus. Du coup, les nouveautés ont perdu de leur fraîcheur. J’ai aussi trouvé la critique des Lames du Cardinal « un peu courte, jeune homme ». Elle m’a donné l’impression d’avoir été écrite sans avoir testé le jeu (je ne jette pas la pierre, ça m’arrive plus souvent qu’à mon tour) et se trouve en décalage avec ma propre expérience. J’ai largement zappé les scénarios, mais le by night Vampire consacré à Lyon m’a eu l’air d’être sacrément consistant, avec notamment une belle galerie de PNJ. Côté lectures très sympathiques, Faites entrer l’accusé m’a fait découvrir un pan d’histoire récente que je ne connaissais que par bribes et Elro les bons tuyaux sur la (non-)complémentarité des groupes de personnage est un bon cru. J’ai trouvé l’article sur le contrat ludique un peu inachevé, en revanche, et le lien avec les jolies icônes insuffisamment explicite. Mais faut-il le rappeler, c’est un mag gratuit ! (Ce qui n’empêcherait pas d’éviter les signes de ponctuations orphelins, tiens, pendant que je râle, c’est un truc qui persiste depuis le premier numéro, étrangement).

Couverture Maraudeur 12
Toujours gratuit, toujours copieux, le Maraudeur revient avec sa BD « Le club des jeuderologues » consacrée aux souscriptions et qui m’a bien fait rire. Suivent quelques annonces de sorties (pas de scoop ici) et les traditionnelles et détaillées chroniques ludiques, ces longues critiques qui m’ont fait découvrir dans ce numéro les Quatre de Baker Street et le JdR d’initiation vendu avec le coffret intégral (illico commandé chez mon libraire). Côté inspi, encore du copieux avec notamment un dossier fouillé sur Ashraf Marwan. J’ai passé plus de temps sur la partie « Univers et aides de jeu », avec un bon cru d’Elro les bons tuyaux consacré aux noms (de PNJ, de lieux…) et, surtout, Fate édition accélérée (FAE pour les intimes). J’étais curieux de ce jeu et… Je reste intrigué, parce que le texte n’est pas hyper-clair (concepts employés avant d’être définis, nombreux renvois, sections au texte quasi-identique) et donne une image complexe. Je soupçonne que ce n’est pas si fouillis que ça en jeu, mais après une première lecture, mon petit cerveau a disjoncté. Quelques exemples concrets supplémentaires auraient été les bienvenus. À suivre, donc. J’ai zappé les scénarios, toujours pour les mêmes raisons, quoi qu’il faudrait que je revienne sur le scénar ADD. Pas pour ADD, mais parce qu’il a Laelith (ou les environs, apparemment) pour cadre. Bon, ben bref, comme d’hab, le Maraudeur, c’est bon, mangez-en !

Couverture Maraudeur 11
J’avais été un peu méchant avec le dernier numéro du Maraudeur, ce ne sera pas le cas pour celui-ci. L’e-zine rôliste fête ses trois ans avec brio et toujours autant de matériel pour pas un rond. J’avoue que j’ai zappé la partie scénarios (now you know why), mais j’ai beaucoup ri en lisant Le club des jeuderologues (une planche de BD) et fait plein de découvertes dans les Chroniques ludiques. Je trouve toujours les storygames difficiles à comprendre (ils sont d’expérience difficiles à expliquer par écrit). Plus ça va, plus je sens que ce n’est pas ma tasse de thé ludique (ch’uis un taiseux). Mais c’est tout de même agréable d’avoir des avis longs sur différents types de nouveautés rôlistes ! Les inspis sont sympa, la nouvelle rubrique d’histoire contemporaine Faites entrer l’accusé passionnante et la réflexion d’Elro les Bons Tuyaux sur les manières d’attirer les PJ du côté obscur approfondie et utile. Je peux vous garantir que ce n’est pas évident de tenter des personnages d’Ars Magica de fricoter avec des démons… Je dois avoir des joueurs trop « gentils », ou trop malins pour risquer leur perso sur cette pente. Ou trop ludistes, mais non, ce n’est pas sale. En tout cas, merci le Maraudeur !

Couverture Maraudeur 10
Tiens, une fois n’est pas coutume, je suis déçu par ce numéro du Maraudeur. En effet, d’habitude, les news arrivent avant celles de Casus et, là, j’ai l’impression que c’est moins frais (à moins que je sois moins intéressé par les jeux chroniqués, mais alors Wastburg se pose en contre-exemple à la fois sur le plan de l’intérêt que je lui porte et du manque de fraîcheur de la chronique). J’aime bien le principe des notes de conception, mais les jeux de ce numéro ne m’ont pas emballé, là au moins c’est clair. En revanche, bon point à Elro les bons tuyaux, qui parle plus de préparation de scénario que de préparation de partie comme annoncé, mais de manière construite et intéressante tout de même. Côté scénarios, je n’ai lu que celui pour Tenga, qui est en fait un canevas de campagne sur lequel les personnages n’ont aucune prise si ce n’est de se complaire dans le drame. C’est annoncé cash, hein, de même que la linéarité de l’ensemble et la nécessité pour le MJ de se taper un gros boulot. Très érudit. Parfois confus quand, comme moi, la culture soleil-levantesque du lecteur s’élève avec peine au-dessus du plancher des vaches. Et, au final, chiant comme la pluie (ça tombe bien : « C’est la nuit. Il pleut. »). Frustré, je suis.

MAIS tout ça pour zéro €, faut-il le rappeler, ça vaut bien un joyeux numérodixversaire !

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button