Articles avec le tag ‘Montségur 1244’

Couverture Montségur 1244
Quand j’ai vu, il y a un peu moins d’un an, qu’un jeu de rôle ayant pour cadre Montségur sortait, mon sang de fan d’Ars Magica n’a fait qu’un tour ! En plus, le bidule se joue sans MJ. Voilà qui promet d’être intéressant.

Bon. À la première lecture, soyons francs, c’est un brin déroutant. Le principe est de revivre les derniers mois de Montségur à travers quelques-uns des habitants de la forteresse cathare. Bien sûr, on connaît la fin (pas gaie), mais c’est le cheminement pour y arriver qui est intéressant. L’histoire est découpée en quatre actes, eux-mêmes découpés en scènes. En gros, chaque joueur, inspiré par une carte scène, devient le MJ (et aussi le personnage principal) durant la-dite scène. À la fin de la scène, il pioche une carte histoire qui lui permet d’injecter un protagoniste, un objet, etc. dans une de ses scènes suivantes. Pour finir, les cartes scènes peuvent servir à interrompre ses petits camarades à la façon d’Il était une fois. Bien sûr, les personnages sont liés les uns aux autres, et trois petites questions inscrites sur leur fiche guident le joueur dans son interprétation (guident, mais ne contraignent pas).

C’est encore un peu flou ? Ouais… Je comprends en écrivant pourquoi les règles ne sont pas claires. Ce n’est pas si facile à expliquer. En même temps, c’est le job de l’auteur et des traducteurs et j’ai beau comprendre, je leur colle la mention « peut mieux faire ». Les répétitions, c’est pédagogique, mais les faire sur des choses simples sans approfondir celles qui sont plus difficiles, c’est moins bien. Les exemples, c’est bien aussi. Décrire une scène était nécessaire. Mais décrire l’enchaînement des actes au préalable aurait été encore mieux ! Et les contradictions, ça c’est mal. :) Enfin, le forum des Écuries d’Augias n’aide guère. Je crois que le seul conseil va à l’encontre de ma compréhension du truc.

Bon voilà, le costard est taillé. Mais reste qu’après deux ou trois lectures, un découpage fastidieux des cartes (sauf si vous mettez la main sur l’édition collector, rhaaa, si j’avais sû qu’elle allait sortir…), l’expérience de jeu est agréable, intéressante et on a envie d’y revenir pour « faire mieux », ou différemment ou essayer un autre personnage principal. Tout ça pour 13 €, malgré ce que j’ai pu dire au-dessus, ça vaut quand même le coup.

Montségur

"Quand on grimpe pour la première fois sur le pog de Montségur, on en redescend forcément différent."

Couverture Montségur 1244
Quand j’ai vu, il y a un peu moins d’un an, qu’un jeu de rôle ayant pour cadre Montségur sortait, mon sang de fan d’Ars Magica n’a fait qu’un tour ! En plus, le bidule se joue sans MJ. Voilà qui promet d’être intéressant.

Bon. À la première lecture, soyons francs, c’est un brin déroutant. Le principe est de revivre les derniers mois de Montségur à travers quelques-uns des habitants de la forteresse cathare. Bien sûr, on connaît la fin (c’est pas gai), mais c’est le cheminement pour y arriver qui est intéressant. L’histoire est découpée en quatre actes, eux-mêmes découpés en scènes. En gros, chaque joueur, inspiré par une carte scène, devient le MJ (et aussi le personnage principal) durant une scène. À la fin de la scène, il pioche une carte histoire qui lui permet d’injecter un protagoniste, un objet, etc. dans une de ses scènes suivantes. Pour finir, les cartes scènes peuvent servir à interrompre ses petits camarades à la façon d’Il était une fois. Bien sûr, les personnages sont liés les uns aux autres, et trois petites questions inscrites sur leur fiche guident le joueur dans son interprétation (guident, mais ne contraignent pas).

C’est encore un peu flou ? Ouais… Je comprends en écrivant pourquoi les règles ne sont pas claires. Ce n’est pas si facile à expliquer. En même temps, c’est le job de l’auteur et des traducteurs et j’ai beau comprendre, je leur colle la mention « peut mieux faire ». Les répétitions, c’est pédagogique, mais les faire sur des choses simples sans approfondir celles qui sont plus difficiles, c’est moins bien. Les exemples, c’est bien aussi. Décrire une scène était nécessaire. Mais décrire l’enchaînement des actes au préalable aurait été encore mieux ! Et les contradictions, ça c’est mal. :) Enfin, le forum des Écuries d’Augias n’aide guère. Je crois que le seul conseil va à l’encontre de ma compréhension du truc.

Bon voilà, le costard est taillé ! Mais reste qu’après deux ou trois lectures, un découpage fastidieux des cartes (sauf si vous mettez la main sur l’édition collector, rhaaa, si j’avais sû qu’elle allait sortir…), l’expérience de jeu est agréable, intéressante et on a envie d’y revenir pour « faire mieux », ou différemment ou essayer un autre personnage principal. Tout ça pour 13 €, malgré ce que j’ai pu dire au-dessus, ça vaut largement le coup !

Montségur

"Quand on grimpe pour la première fois sur le pog de Montségur, on en redescend forcément différent."

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button