Articles avec le tag ‘Robin D. Laws’

Un truc intimidant, en jeu de rôle, c’est de se lancer dans celui (le rôle, vous suivez ?) de meneur de jeu. Heureusement, il existe des bouquins pour vous aider ! Malheureusement, si vous êtes un MJ confirmé, vous savez déjà pratiquement tout ça et vous devrez encore attendre pour la version advanced. Petite sélection…

La Bible du meneur de jeu

La BMJ (pour les intimes) est un recueil de conseils pour les MJ (plutôt débutants, mais pas que) qui couvre tout le boulot du MJ, de la conception de scénar/campagne à l’animation des parties (rythme, ambiance…), en passant même par l’organisation matérielle. Les vieux rôlistes blasés n’y trouveront rien de révolutionnaire, mais l’ouvrage a le mérite de regrouper et d’organiser plein de choses (qu’on peut certes glaner ici ou là, notamment sur le net, mais en ordre dispersé). Cela permet aussi parfois de formaliser des pratiques non verbalisées et de se positionner en repérant là ou on va plus loin que les conseils fournis et là où on pourrait le faire, là où on est d’accord avec l’auteur et là où on ne l’est pas.

Au chapitre des regrets, toutefois, je mettrais la forme de l’ouvrage, notamment la mise en page pas très sexy et l’apparence générale qui aurait gagnée à être plus « générique » (pas med-fan en gros), à l’image des exemples employés et des illustrations. Les aides de jeu sont aussi assez moches (mais ont le mérite d’exister). Je pense que le style, bien que très correct et didactique, pourrait également être plus synthétique, plus percutant. Combiné à une police de caractères de taille plus réduite, cela permettrait de faire entrer dans les 200 et quelques pages de l’ouvrage des conseils plus avancés pour les vieux MJ grincheux comme moi. Et pour le coup, on aurait une bible digne de ce nom !

Sur le fond, j’ai trouvé quelques conseils vraiment triviaux (prévoir les crayons et la bouffe, tout ça, ça mérite trois lignes, pas plus) et je reste sur ma faim quant à la gradation de la tension dramatique. Il y est fait mention à plusieurs reprises, mais les manières de la mettre en œuvre ne sont guère abordées. Je vois même des possibles contradictions entre la progression de la tension inter-scénars dans une campagne et la nécessaire tension intra-scénar (un scénar plat dans un moment calme de la campagne risque d’être ennuyeux pour tout le monde). Bref, voilà un sujet plus avancé qui nécessitait un développement à mon avis.

Au final, la BMJ est très bien pour les MJ débutants ou les vieux MJ curieux, mais n’y cherchez pas les derniers trucs indies pour introduire de la nouveauté expérimentale à votre table.

Ma note : 3,5 / 5

Robin’s Laws of Good Game Mastering

Ce petit bouquin (une trentaine de pages) est, comme son nom l’indique, destiné aux MJ qui ne craignent pas la langue de Gygax. Il balaye toutes les étapes qui permettent de mettre en scène une partie de JdR plaisante pour tout le monde : connaître ses joueurs, bien choisir ses règles, concevoir une campagne / un scénario, comment improviser, retenir l’attention des joueurs… Les plus expérimentés d’entre nous reconnaitront des trucs qu’ils utilisent depuis des lustres, mais ce petit bouquin a le mérite de les écrire noir sur blanc. Il propose de plus des outils pratiques pour mettre en œuvre les conseils.

Au chapitre des regrets, cet ouvrage n’est plus disponible qu’en PDF. Mais au prix du PDF, si vous êtes anglophone, ne vous en privez pas ! C’est sans prétention, pratique, utile, sans blabla. Ça mériterait bien d’être traduit, tiens (*).

Ma note : 4/5.

(*) Pour l’anecdote, j’ai correspondu brièvement avec Steve Jackson à ce sujet et, finalement, ça ne s’est pas fait.

Dirty MJ

Je m’attendais vraiment à du lourd en lisant Dirty MJ, recueil de conseils « tordus » à destination des MJ de tous poils et nécessairement sadiques écrit par John Wick qui, lors de la première parution des articles qui le composent dans le magazine Pyramid, avait fait circuler pas mal d’octets sur le réseau en opposant les aficionados de Wick à ceux qui le jugeaient carrément dangereux.

Je m’attendais à de la provoc’, des trucs vraiment limites, j’étais prêt à prendre du recul, j’avais même sorti mon second degré du placard et tout. Ben, euh. Que tchi. Les conseils sont assez classiques : vous les retrouverez dans divers ouvrages comme celui de Robin D. Laws ou la BMJ. Me voilà déçu de ce point de vue là.

Reste que ce petit bouquin est agréable à lire, le style de l’auteur est agréable. J’avais peur de le trouver pédant ; il est juste décontracté. En fait, Dirty MJ vaut surtout pour les anecdotes relatées par l’auteur, où chacun retrouvera des similitudes avec ses parties passées. Ces « histoires vécues » ont également le mérite de mettre en lumière les applications pratiques des conseils prodigués, ce qui n’est pas le cas dans tous les ouvrages similaires.

En conclusion : rien d’ébouriffant, mais sympa quand même.

Ma note : 3,5 / 5.

Ce petit bouquin (une trentaine de pages) est, comme son nom l’indique, destiné aux MJ. Il balaye toutes les étapes qui permettent de mettre en scène une partie de JdR plaisante pour tout le monde : connaître ses joueurs, bien choisir ses règles, concevoir une campagne / un scénario, comment improviser, retenir l’attention des joueurs… Les plus expérimentés d’entre nous reconnaitront des trucs qu’ils utilisent depuis des lustres, mais ce petit bouquin a le mérite de les écrire noir sur blanc. Il propose de plus des outils pratiques pour mettre en oeuvre les conseils.

Au chapitre des regrets, cet ouvrage n’est plus disponible qu’en PDF. Mais au prix du PDF, si vous êtes anglophone, ne vous en privez pas ! C’est sans prétention, pratique, utile, sans blabla. Ca mériterait bien d’être traduit, tiens.

Ma note : 4/5.

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button