Articles avec le tag ‘Scénario’


Ce Livre des Aventures, livré avec l’écran de Pendragon, contient, hormis mon blaze (parmi un nombre somme toute réduit de contributeurs : à peine 100…), comme annoncé quatre scénarios issus d’un concours lancé à l’occasion de la sortie de la dernière édition française du jeu (les vainqueurs ?).

Les trois premiers scénarios forment une mini-campagne sur le thème des invasions saxonnes. Le scénario type de Pendragon est linéaire, il faut le reconnaître, mais je trouve que cette campagne pousse la logique au bout et passe les personnages à sa moulinette sans qu’ils ne puissent rien réellement changer. On sent bien l’érudition de l’auteur, mais il manque aussi un petit quelque chose au niveau des PNJ, peut-être insuffisamment récurrents, et de la trame du scénario, qui donne un sentiment d’inachevé au bout du compte.

Le quatrième scénario n’est guère moins linéaire, mais il m’a beaucoup plus plu par son côté un peu décalé, voire burlesque par moments, ainsi que par la vision plus humaine des saxons qui y est développée.

Au final, si vous avez déjà débuté la Grande Campagne, les trois premiers scénarios, qui s’y déroulent très tôt (485-490), ne vous seront utiles qu’au prix de contorsions historiques. Le dernier est plus générique, encore un bon point pour lui.

 Texte alternatif
Ces chroniques viennent en complément de la première partie de la Grande Campagne (celle qui figure dans le livre des règles), en mêlant habilement développements de synopsis de la Grande Campagne et scénarios plus indépendants, le tout en création française, Môssieur. Donner de la chair au squelette de la Grande Campagne est une excellente idée, d’autant que les scénarios, tous signés Mahyar Shakeri, sont de bonne facture, bien calibrés pour une session de jeu et abordent les thèmes pendragonesques liés aux traits des personnages. À titre perso, je me retrouve un peu embêté car je suis plus en avance dans la campagne que ces scénarios, dont la majorité est liée à des événements clairement datés (une fois qu’Uther ou Madoc est mort, difficile de le remettre en scène). Il en reste toutefois quelques-uns de recyclables sans effort. Bref, du bon Pendragon, bien réalisé sur la forme, avec notamment une superbe couverture.

Couverture Wastburg JdR
C’est toujours difficile de parler d’un scénario de JdR en donnant des infos mais sans dévoiler l’intrigue. Celui-ci inclut la création du groupe de personnages (bonne idée !), mais impose leur origine (moins bonne idée). A priori, rien qui ne puisse se régler en discutant avec son groupe. Pour le reste, c’est, ô surprise, une enquête, mais façon Cold Case : une galerie de personnages typiquement wastburgeois, un écheveau à démêler, quelques complications et, si tout va bien, un coup de théâtre final, des relations nouées dans la ville et des conséquences à gérer à plus long terme.

Bref, hormis ma réserve sur la restriction de choix dans les persos (non seulement ce sont des gardoches, mais en plus que des mecs et d’une origine bien particulière), d’ailleurs valable en-dehors du contexte du scénario, tout ça renforce encore mon envie de jouer à Wastburg. (Et de lire la suite des scénarios à venir). « Sans déconner ! »

Tout ce que vous voulez savoir sur : les Règles du jeu et le Guide de la Cité de Wastburg.

Couverture Grande Campagne vol. 1
Que dire de ce presque deuxième opus de la Grande Campagne (oui, avec des majuscules, et presque parce que le début était dans le livre de base) ? Bon, déjà, on n’est pas volé sur la quantité avec 35 ans de campagne, ni surpris par sa forme (des événements, batailles et compagnie, année par année). Décrit comme ça, c’est moyen sexy, et il faut avouer que ça l’est effectivement (linéaire, demandant beaucoup de boulot au MJ…). Mais, heureusement, il n’y a pas que ça dans ce bouquin : des règles en plus, d’utilité variable (bravo aux simplifications, bouh à l’inverse), une dizaine de mini-scénarios (assez bofs), un vrai grand scénario (plutôt très sympa), des bestioles supplémentaires et deux annexes de contexte bienvenues (sur la religion et les fameuses dames du lac). Côté forme, c’est toujours agréablement illustré (mention spéciale à la couverture) et pas très bien traduit (désolé les gars, même si je me rends compte du boulot titanesque que ça a demandé).

En résumé, indépendamment du Grand Tout (avé des majuscules aussi, y’a pas de raison), c’est un supplément moyen+, mais bien intégré dans une campagne, c’est une boite à outils au potentiel énorme. Je teste bientôt et je vous en recause quand mes chevaliers-joueurs siègeront à la Table Ronde.

Et hop, je poursuis mes aventures pendragonesques

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button