Articles avec le tag ‘Sub Rosa’

Sub Rosa 18 - Cover
Je suis de nouveau à la bourre dans ma lecture de Sub Rosa. Ce nouveau numéro, derrière une couverture magnifique de Jeff Menges (et une ou deux illustrations intérieures — malheureusement, les autres ne sont pas aussi belles), est majoritairement consacré à un bestiaire. « Beuargh », me grognerez vous ? Et bien non, car c’est un bestiaire à la Ars Magica, avec des créatures qui ont une histoire, des motivations, qui sont le plus souvent inspirées du folklore et n’ont pas nécessairement vocation à être massacrées à coups de boules de feu. Ajoutez-y deux ou trois autres articles également chouettes et vous apprécierez, surtout si vous êtes un hardcore fan d’Ars Magica.

Couverture Subrosa 17
Comme je suis trèèès à la bourre dans mes lectures ars magiciennes, je vais traiter rapidos les deux derniers numéros de Sub Rosa, le fanzine quasi-officiel du jeu. Une nouveauté avec ces numéros, c’est qu’ils deviennent thématiques, nouvelle orientation qui semble se confirmer avec un bestiaire annoncé de longue date pour le #18.

Subrosa #16 est consacré à des contextes alternatifs :

  • la Bretagne (la grande, sous-entendu) en 550, et donc avant la création de l’Ordre d’Hermès, avec des morceaux de Merlin dedans et bien sûr, sans parma magica ni Code d’Hermès ;
  • 865, les débuts de l’Ordre, avec des morceaux de Fondateurs dedans ;
  • 1050, ou comment préserver la paix acquise durant la Guerre du Schisme ;
  • 1470, après la peste…

Dans Subrosa #17, on approfondit le Tribunal Provençal, en se baladant du Gévaudan (spoiler : la bête est un loup-garou) à Val Negra en passant par Castelnau (où il y a des géants) et la caverne de Flambeau le Fondateur.

En résumé, plein de bonnes choses !

Sub Rosa
J’avoue que que j’ai lu moins attentivement que d’habitude ce numéro de Sub Rosa, étant moins « dans » Ars Magica (cf. mon Ars Magica light). J’en recommande toutefois la lecture, si vous, vous êtes « dedans ».

Au menu, quelques news pas forcément fraiches, mais qui, avec l’éclairage donné par le responsable de la gamme ArM, prennent toujours une dimension plus intéressante que les infos glanées sur le Web. Suit une aide de jeu sur les vols de bétail dans l’Irlande mythique, à réserver aux acharnés du genre. Un peu plus intéressant, un système alternatif de finance des alliances qui répare celui des règles de base après 50 ans de campagne (dans le jeu, je vous rassure). Amusant, Rats Magica change de perspective et permet de jouer des magos rongeurs aux franges de l’Ordre d’Hermès. De là à y jouer… Beaucoup plus intéressant, le retour d’Heretic’s corner (rubrique de feu l’ezine Hermes’ Portal) avec une règle simple permettant aux mages spécialistes dans un Art de le demeurer tout au long d’une saga, même quand leur alliance récupère un bon bouquin dans cet art et que tous leurs petits camarades l’exploitent. The body in the bog est un scénario pour alliance débutante, sans doute un peu convenu. Plus technique, un parfait manuel du mage travaillant à travers un tunnel intangible. Assez sympa.

Je me demande si je ne devrais pas soumettre ArM light au Heretic’s corner, moi, tiens…

Sub Rosa
Quoi de neuf du côté de la VO d’Ars Magica, en dehors des publications officielles ? Sub Rosa n° 14, bien sûr ! Ce numéro semble un peu court par rapport au précédent, mais ce dernier était hors norme. On attaque comme d’habitude par les actualité du zine et de la gamme ArM. Suit un article fort intéressant sur la conception de scénarios exploitant les cartes heuristiques (mind maps) et un autre, moins intéressant mais utile en jeu, sur les objets de longévité Verditius. La démographie de l’Ordre d’Hermès rompt un peu la magie, mais s’avère passionnante. Je fais l’impasse sur un (vieux, traduit, passé en 5e édition) scénario de votre serviteur. Les lignées mythiques présentent des options de descendances alternatives aux fondateurs de l’Ordre, en partant du nord (Baba Yaga & co). Suivent trois compagnons hiberniens prêts à jouer et même plus ! Ils sont livrés avec des idées de scénarios. Je suis moins inspiré par les lignée des Inventeurs made in Bonisagus, qui tourne vite à l’énumération. Enfin, Mappa Mundi conclut ce numéro sur une édition plus bibliographique que webographique. Perso, je ne regrette pas mon abonnement.

Sub Rosa
Ce numéro 13 de Sub Rosa rime avec la 13e Maison d’Hermès (enfin, si on veut, vu qu’elle était plus celte que gréco-romaine), la Maison Diedne, qui est son principal sujet. Mais plutôt que de faire un pseudo-supplément à ce propos, les rédac’chefs du mag ont préféré donner la parole à plusieurs auteurs (six, pour être précis), qui donnent autant de versions et de points de vue différents (au format habituel des Maisons). Du coup, il y a un peu à boire et à manger, mais largement de quoi faire pour que tout Conteur puisse forger sa version de Diedne, de la constitution de la Maison, de la Guerre du Schisme et de ce qui peut venir ensuite dans une saga classique (comment réapparaissent les Diedne, sont-ils méchants ou gentils, etc.). Mention spéciale au travail d’historien sur les sources officielles sur la Maison Diedne. Passionnant. En résumé, un très, très beau numéro, dans lequel se sont aussi glissées quelques rubriques habituelles, dont les news de l’éditeur, qui me rappellent que j’ai du retard de lecture ars-magicienne.

Suivre mes actus
Flux RSS     Twitter     Google+
Recherche
Archives
Add Free Blog button