Retour
Ars Magica

[ Accueil | Alliance | Ressources | Gamme | Liens | Archives ] English version

Critiques de la gamme

Nigrasaxa

Nigrasaxa est une mini-saga d’introduction à Ars Magica gratuite. Elle est actuellement disponible exclusivement sur Internet à l’URL http://www.atlas-games.com/arm_resources.html.

Nigrasaxa a pour but de faire découvrir à la fois à des joueurs et à un Conteur débutants à Ars Magica toutes les facettes du jeu. Seules les règles de base de la quatrième édition sont nécessaires pour jouer. La mini-saga est découpée en trois parties séparées par des interludes d’une saison, mis à profit pour l’évolution des personnages (travail de laboratoire et études).

La première partie (7 pages) confronte les mages débutants à la fois au monde des mortels et à celui des fées. C’est un scénario de sauvetage classique, mais qui promet d’être amusant. La deuxième partie (5 pages) se déroule en huis clos dans l’Alliance de Nigrasaxa, après le Crépuscule final du chef de l’Alliance. Il revient aux personnages de mettre un terme aux phénomènes magiques provoqués par le Crépuscule de leur aîné et de reprendre en main les servants. Enfin, la troisième partie (2 pages) entraîne les jeunes mages à leur premier Tribunal. Cette scénario est sensé être joué en " free-form ", un peu comme une murder party, où les joueurs incarnent tous les protagonistes du Tribunal (membres de Nigrasaxa et des autres Alliances du Tribunal de Stonehenge), s’isolent pour discuter, échanger des informations et/ou comploter, etc. Si l’idée est bonne en soit, elle a de quoi dérouter un Conteur débutant, d’autant que les informations concernant le déroulement d’un Tribunal sont limitées dans les règles et que la description des protagonistes est très courte. C’est le véritable point faible de Nigrasaxa.

La dernière partie du livret est consacrée à la description de l’Alliance de Nigrasaxa (2 pages) et principalement de sa bibliothèque, ainsi qu’à la présentation (12 pages) de six mages pré-tirés. Ces derniers sont mieux décrits que dans Promises, promises… (vices et vertus, sortilèges connus), mais n’ont toujours pas de personnalité ni d’historique. Dommage.

Au final, Nigrasaxa est un bon " produit " pour faire découvrir Ars Magica, même si un Conteur confirmé sera plus à l’aise pour le faire jouer. Il peut de surcroît être utilisé en conjonction avec le scénario d’initiation Promises, promises…, qui débute (aussi !) sur un Crépuscule final et peut donc être intercalé entre la deuxième et la troisième partie de Nigrasaxa.

Critique parue dans Ars Mag no 16.

Note : ****


[ Haut de page | Retour aux critiques ]

Dernière mise à jour : 28/04/2006

Compteur

Valid XHTML 1.1 Valid CSS! Page testée (accessibilité) par Ocawa