Retour
Ars Magica

[ Accueil | Alliance | Ressources | Gamme | Liens | Archives ] English version

Histoire de Snæfellsjökull

"Sodales !

Vous venez d'être les témoins de l'intronisation de deux apprentis valeureux. Ces jeunes gens, ainsi que les trois autres mages tout frais émoulus que vous voyez là-bas, ont fait preuve d'une grande sagesse et d'une grande initiative.

En résolvant le mystère d'Ad Vis Per Veritas et en terrassant un antique démon et ses séides, ils ont rendu un grand service à tout le Tribunal. L'ombre de la corruption aurait pu planer sur nous tous, mais ces jeunes pousses, la sève nouvelle de notre Ordre, ont su s'en détourner et voir la vérité. Grâce à eux, le mal est chassé, une source de Vis unique est revenue sous notre contrôle et les mages Juan de Guernicus et Heriwald de Mercere, ainsi qu'un apprenti prometteur, ont été sauvés de la pire des maladies : la peste ! Oui, Sodales, nombreux parmi vous savent qu'il faut craindre ce fléau souvent capable de résister à notre magie. Eux ont sû s'en préserver !

Entendez donc les noms de ces jeunes héros, Sodales !

Amalys de Jerbiton,
Aoléris d'Oranéi de Criamon, Quæsitor,
Astyan d'Ex Miscellanea,
Valérian de Merinita,
Wolfgang de Bonisagus.

Qu'ils sachent, le Tribunal m'en soit témoin, que leur haut fait sera récompensé à sa juste valeur !

La séance est levée."

Bullistie, Primus de la Maison Tytalus
Fudarus, Tribunal de Normandie, Automne 1220

1220 (été) : Mort noire

Sans perspective d'intégration dans l'Alliance de leur parens, ou en raison d'histoires personnelles compliquées, cinq jeunes mages (certains encore apprentis) ont accepté une mission confiée par le Tribunal de Normandie : tirer au clair la mort de Silber le Sage, de l'Alliance d'Ad Vis Per Veritas, quelque part dans les Ardennes, ainsi que la disparition des deux enquêteurs déjà envoyés sur les lieux, Juan de Guernicus et Heriwald de Mercere. Bravant une terrible épidémie de Peste Noire et des ambuscades de brigands, les mages explorent les ruines d'Ad Vis Per Veritas, détruite par un mage renégat, et en découvrent les derniers survivants. Leur enquête les mène ensuite aux abords du village de Montrouge, où ils délivrent un apprendi d'Ad Vis Per Veritas des griffes d'un aubergiste pourvoyeur de peste et retrouvent Juan, réfugié dans une cache magique avec Heriwald, qui a contracté la maladie... Les mages finissent par retrouver le responsable de l'épidémie, l'infâme renégat Damien le Mont, dans le château de son neveu le Baron Frank de Montrouge. Ils l'affrontent, lui et son maître infernal A'Fienluh et triomphent, non sans mal !

Source : Black Death

1220 (automne) : L'épreuve du feu

Avec pour mission de reconstruire une Alliance en Islande, nos mages doivent embarquer au port de De Panne, en Flandres. Mais, à leur arrivée, la ville semble prise de folie. Ses habitants sont appeurés par une antique prophétie annonçant le retour de Pan Caudarax, le Dragon des Flandres. De plus, leurs contacts, les marchands nordiques Hrafn et Thorleif, voient leur départ retardé car Bertin Haussen, le Bourgmestre, fait trainer le paiement d'une transaction. Les mages découvrent qu'en fait, le dragon doit revenir se venger le jour d'une éclipse (qui approche !) au cas où son plus grand trésor, un artefact du nom de Couronne de Bois de Rose, soit volé. Ils apprennent également qu'un mystérieux individu du nom de Warlock recherche cet objet. En menant l'enquête, il parviennent à s'introduire dans des souterrains s'étendant sous la ville, mais, retardés par des êtres féeriques, ils ne parviennent pas à temps dans l'antre du dragon pour empêcher Warlock de s'emparer de la couronne, ni à le rattraper... Le jour de l'éclipse, le dragon ne se montre pas, mais le lendemain, il passe à l'attaque ! Il semble cependant se contenter de terroriser les habitants de De Panne en compagnies de quatre dracos. Seul l'Hôtel de Ville prend feu, mais les causes n'en sont pas très claires... Le lendemain, après avoir obtenu de Haussen qu'il règle sa dette envers Hrafn et Thorleif, les mages embarquent direction l'Écosse, puis l'Islande.

Source : Trial by Fire

1220 (hiver) : Les larmes du Godi

En route vers l'Islande, les mages sympathisent avec les marchands Hrafn et Thorleif. Leur attention est attirée par une fiole détenue par Hrafn, qui contient un liquide transparent qui a la consistance du vif-argent (du Vis !). Le marchand la tient d'un esclave d'un Godi de l'est de l'Islande, Brodd-Helgi. Les mages décident donc de se rendre sur place, prétextant assister au mariage de Thorleif avec Thordis, une fille du cru. La source de Vis s'avère être une statue de bois d'un dieu païen oublié, qui pleure des larmes magiques. Il faut donc négocier avec Helgi un accès à ce sanctuaire, qui se trouve sur ses terres. L'affaire est compliquée par la mort de Hrafn, déclarée accidentelle par le Godi, qui partage ensuite une partie de la cargaison des marchands entre le fermier qui a hébergé Hrafn et lui-même, en dédommagement. Thorleif, avec l'aide des mages, doit se battre pour récupérer cette cargaison, qui revient légitimement aux héritiers de Hrafn, et sa femme emmener avec lui en Norvège. Les mages conservent un accès incertain à la source de Vis en promettant à Helgi quelques objets magiques.

Source : The Tears of the Godi

1222 (printemps) : La fête de Thord

Les mages sont invités à une fête par le Storgodi de leur région, Thord Sturluson. Malheureusement, la fête est rapidement troublée par l'intrusion de Blund Thorgilsson, un Storbondi de la région. Sa maisonnée est victime d'une malédiction, il accuse les mages d'en être responsables et veut les poursuivre devant le Thing. Afin d'éviter cette procédure à l'issue incertaine aux mages, Thord leur propose de les conseiller, en échange de quoi ils doivent se déclarer en Thing avec lui. Il leur promet également de leur vendre une de ses fermes. N'ayant guère le choix, les mages acceptent. Un accord est trouvé avec Blund : s'ils lèvent la malédiction, il abandonne ses accusations. A la ferme de Blund, les personnages découvrent qu'aucune femme ne parvient à mener une grossesse à terme depuis quelque temps. Les animaux semblent également touchés. Ils remarquent alors un chat étrange qui, sous forme spirituelle, semble se battre contre des esprits en forme de mouches. En pistant l'origine de ces esprits, les mages découvrent un nid de dragon contenant six œufs. Un bâton gravé de runes et surmonté d'une tête de cheval est planté au milieu du cercle. Les esprits-mouches semblent en émaner et attaquer les œufs, dont un est déjà mort. Seule la proximité de la ferme de Blund explique qu'elle ait été elle aussi touchée par la malédiction. Les mages décident de briser le bâton, ce qui produit le résultat attendu, et d'emporter les œufs de dragon survivants dans leur Alliance.

Source : Thord's Feast, in Land of Fire and Ice

1223 (été) : Rencontre avec le Dragon

Récit complet

Source : Meet the Dragon, in Land of Fire and Ice

1224 (hiver) : La fête de remerciement

Les mages sont de nouveau invités à une fête, cette fois-ci par Bard Snæfellsass. Ils sont guidés sur place par l'une de ses magnifiques filles, Solrun. Mais, alors qu'ils dorment en bordure du territoire des trolls, Georg est attiré par la sorcellerie de la trollesse Skrukka au plus profond du royaume de Kollbjorn. Ce dernier ne le laisse partir qu'à condition qu'il accepte de se marier avec son hideuse fille Drit, dont aucun troll ne veut ! Après cette péripétie, les mages sont guidés jusqu'à la Caverne qui Chante par Solrun. Ils y retrouvent Bard et d'autres de ses filles, ainsi que son frère Thorkel Manteau-Rouge (pas très aimable)... et les trolls de Kollbjorn, hilares ! Malgré quelques soucis en raison de l'étiquette "spéciale" qui régit le festin, la conversation avec Bard est cordiale. Les mages apprennent qu'il est l'un des quatre Gardiens de l'Islande, au même titre que Pan Caudarax, l'aigle Vindvall et le Taureau Gris. La fête est finalement interrompue par l'arrivée de géants étrangers agressifs, mais leurs vélléités de dévorer les humains sont arrêtées net par une démonstration de magie d'Aoléris. Une fois calmés, ils relatent avoir vu un aigle immense blessé par une lance près de Husavik. Bard, d'autant plus soucieux que ce n'est pas la première attaque contre les gardiens (les œufs de Pan Caudarax et le Taureau Gris qui est affaibli, domestiqué par l'Évêque de Skalholt, Magnus Gizuzarson), envoie les mages s'occuper de cette affaire. Ces derniers s'en sortent très bien en retrouvant Vindsvall, réduit à une taille normale et qui, soigné par un ermite, se mourrait en sa compagnie. En l'éloignant du saint homme, ils permettent au Gardien d'appeler à lui des milliers d'oiseaux (d'esprits ?) qui lui redonnent la force de reprendre son envergure de cinquante pieds et de s'envoler dans un bruit de tempête... L'histoire se termine par un beau mariage troll au cours duquel les invités parviennent à ne pas se faire dévorer (après tout, il sont de la famille, désormais) !

Source : Feast of Thanks, in Land of Fire and Ice

1225 (été) : Les païens du Loch Ness

Ce printemps, nous sommes de nouveau partis dans le tunnel magique. Sauf qu'il ne mène jamais au même endroit. Cette fois-ci, nous avons abouti dans une forêt étrange. Il n'y avait qu'un sentier et il ne faisait pas bon s'en écarter. Le chemin débouchait dans une grotte. Au détour d'un boyau, j'ai bien failli tirer sur quelque chose qui se balançait au plafond. Heureusement que je ne l'ai pas fait, c'était un bébé ! Nous l'avons recueilli est nous sommes sortis. Nous sommes arrivés dans un village au bord d'un lac, le Loch Ness. Les gens parlaient la langue du Nord, comme nous, mais ils étaient fort étranges et vénéraient des idoles païennes. Heureusement, le lendemain, un seigneur est venu avec un curé. J'ai montré au bon père la statue de leur dieu païen, mais au lieu de les convertir à la vraie Foi, le Seigneur a voulu les faire molester par un soldat. Alors j'ai tiré dans le bras du soldat. J'ai dû m'enfuir dans les bois. Là, j'ai rencontrés des chasseurs du village. Ils m'ont mis au défi de toucher le seigneur à plus de cent pas avec mon arc. Ah, ah ! Je leur ai montré ! En plein dans le gorgeon ! Tout bien réfléchi, j'ai un peu honte parce que le seigneur n'a rien vu venir. Mais quel joli coup ! Et puis il n'était pas très gentil. Et puis je pense que ça a facilité les choses pour les maîtres. Comme ça, ils ont appris facilement que les villageois donnaient leurs bébés à un démon païen en échange de bon bois bien dur. Moi j'ai essayé de retenir le curé, mais il a dû partir chercher de l'aide car il ne pouvait pas convertir tous les villageois à lui tout seul. Ensuite, nous sommes rentrés, mais le démon dans la forêt n'était pas très content. Il m'a mis un sacré coup sur la tête, mais nous sommes tout de même sortis ! Dans quels drôles d'endroits il nous envoie, ce tunnel, quand même... Il y aurait matière à une Saga !

Récit d'Asbjörn Haförnsson

1225 (hiver) : Le concours

A la demande de Valerian, les mages sont guidés par Solrun, la fille de Bard, jusqu'à une vallée féerique. Ils en rencontrent les habitants, des loups argentés, des corbeaux, des sprites, des trolls des rochers, des gobelins et se voient conviés par Cierella, la Dame de l'Hiver, à participer à un concours le lendemain. Certains sont trompés par Amenea, la servante de Cierella, qui les encourage à transgresser les règles établies par sa maîtresse. Lors du concours, dotés de masques qui transforment leurs chefs en têtes d'animaux, les mages ont la surprise d'être opposés à une autre équipe d'humains. Ils remportent les diverses épreuves (lutte, magie, respiration aquatique...) haut la main et gagnent des prix en Vis. Au moment du départ, ils remarquent également à leur tonsure que deux de leurs adversaires sont des moines. Une tentative de filature de Georg avorte mystérieusement.

Source : Hunters' Contest, in Faerie Stories

1226 (été) : La tour dans le rocher

Allertés par un loup argenté, les mages retournent dans la vallée féerique de Cierella. Mais celle-ci a bien changé. Elle dépérit à cause d'un énorme rocher qui empêche l'écoulement naturel de la rivière et Amenea, qui a pris la place de Cierella, est loin d'être à la hauteur. Les mages pénètrent donc au crépuscule dans le rocher. Ils y découvrent un véritable royaume intérieur, traversent une forêt peuplée d'animaux de pierre heureusement immobiles, avant de parvenir à une tour immense dont les proportions laissent à penser qu'elle est habitée par des géants. Ils y rencontrent le Seigneur du Sombre Été qui, fâché de la longueur de l'hiver, a décidé d'inverser la tendance en emprisonnant Cierella. Celle-ci est enfermée dans un réseau de sphères de marbre mobiles en haut de la tour. Alors que les mages tentent de libérer la Dame de l'Hiver, Celilia la scalde parvient de son chant à émouvoir le Seigneur du Sombre Été. Ce dernier est néanmoins très en colère quand les mages parviennent enfin à mettre Cierella en contact avec son élément primordial, le froid, lui donnant ainsi la force de se libérer. Mais pour une raison mystérieuse (la performance de Celilia ou son étrange ressemblance avec Valerian ?), il épargne les mages et les laisse quitter son royaume. De retour dans sa vallée, Cierella les récompense richement au cours d'une somptueuse fête.

Source : Tower in the Rock, in Faerie Stories

1227 (printemps) : Le marin tombé du ciel

Un beau matin de printemps, les mages sont arrachés à leurs chers études par un messager de Dagverdara, où il se passe de drôles de choses. À leur arrivée, ils sont en effet témoins d'une scène étrange : une ancre de navire est coincée dans les tombes du cimetière, derrière la chapelle. Une solide corde y est attachée et se perd dans les nuages bas. Soudain, la corde vibre et un homme habillé comme un marin glisse le long. Il tente de dégager l'ancre, mais est attrapé par les villageois. Il ouvre de grands yeux, se débat, puis, inexplicablement, meurt, comme noyé. Quelques instants plus tard, après avoir appelé leur compagnon en italien, les marins de la nef du ciel, invisible dans les nuages, tranchent la corde et s'en vont. Le mystère demeurera entier malgré la magie des suivants d'Hermès, le marin sera enterré dans le petit cimetière islandais et l'ancre, de métal si rare dans ces contrées septentrionales, fondue.

Source : Sailor from Above, in Living Lore

1227 (été) : Le faux héritier

Une mauvaise surprise attends les mages au thing de printemps. La ferme de Dagverdara, qui leur a été donnée par le Storgodi Thord Sturluson, appartenait au vieux Raf Hergason. Ce dernier n'avait qu'un enfant, Berse, qui avait disparu en mer enfant. C'est pourquoi la propriété était revenue à Thord. Mais Berse Ralfson n'était pas mort. Transporté par le courant, tiré de l'eau par un pêcheur du nom d'Harald le fou, amnésique, il avait finalement été recueilli par les bons moines d'Helgafell. La mémoire lui revint des années plus tard et les bons moines se firent un devoir de le rétablir dans son bon droit. Un ancien de Dagverdara ayant reconnu Berse, ils portèrent donc l'affaire devant le thing afin qu'il redevienne le maître de Dagverdara. Mais, à leur arrivée les mages découvrent aisément que le vieil Arnulf a été hypnotisé pour se souvenir d'un Berse fort différent du véritable fils de Ralf Hergason. Au moment du thing, ils détournent donc Arnulf de son devoir alors que Valerian prend son apparence et sa place. Il est ensuite un jeu d'enfant de confondre le moine Joan et même de le ridiculiser devant l'assemblée. La principale source de richesse de l'Alliance est sauvée !

Source : False Claim, in Black Monks of Glastonbury

1228 (été) : La magie dans la peau

Les mages sont attirés à la ferme de Dagverdara par un événement inattendu. Le marchand Herman y a amené une ourse qu'il fait combattre contre des chiens. Elle remporte tous les combats et enrichit son propriétaire, vainqueur de tous les paris, tout en adoptant un comportement clairement non-animal. Astyan et Valerian, grâce à leur talent de seconde vue, détectent que c'est en fait une femme transformée. Avec un peu de ruse et de magie, ils soustraient l'ourse à Herman sans que celui-ci ne puisse se sentir floué, rompant ainsi la malédiction qui la maintenait sous forme animale. La femme se révèle être une trollsdottir du nom de Vigdis Grimsdottir. Elle a été maudite après avoir été vaincue par un draug responsable de plusieurs meutres affreux (impliquant des mutilations) dans sa région d'origine, les Westfjords. Vigdis étant la fille d'une reine de clan de géants des mers, les mages décident de l'aider ! Leur enquête dans les Westfjords les amènent à découvrir que le draug est celui d'Andres, un ancien compagnon du godi Kolbeinn, mort il y a cinq ans victime de trolls. Or Kolbeinn est un galdramen qui officie en dehors de tout contrôle. En se liant à un esprit Svart, il a obtenu d'horribles et effrayants pouvoirs. Pire, il est le responsable de la mort d'Andrès, qu'il a frappé suite à une dispute. Il lui a ensuite fait subir un rituel horrible, l'écorchant en dessous de la ceinture et revêtant ce sanguinolant pantalon afin de devenir riche -- ce qu'il est effectivement devenu. Kolbeinn aurait aimé que les mages tuassent le draug, mais ces derniers le ramenèrent à Kolbeinn. Il s'en suivit une scène de retrouvailles horrible au cours de laquelle Andrès récupéra son "pantalon" et Kolbeinn périt sous les yeux des mages.

Source : Magic beneath the Skin, in Hermes Portal #12

1229-1230 : La guerre d'Islande

Récit complet

Source : The Icelandic Wars

1230 (automne) : L'esclave du sorcier

Les mages apprennent "par hasard" des nouvelles d'Andros, l'apprenti disparu de Wolfgang, qui serait devenu l'esclave du "Vieux Médecin", à Constantinople. Sur place, ils visitent les bains de Xeuxipius, un étrange endroit, puis suivent la piste d'Andros de l'autre côté de la Mer Noire, à Sukhumi. Entraînés dans un royaume féerique genjii, ils découvrent alors qu'Andros les a manipulés afin de forcer son maître à défier le Vizir genjii pour obtenir ses services. Ils se rendent également compte qu'Andros a été engendré par le Vizir uniquement pour le libérer du pacte qui le liait à l'Alliance d'Urania, d'où vient Farad le Vieux Médecin. En mettant Andros au service de Farad, le Vizir a rendu bien plus de services au Vieux Médecin que ceux auxquels il avait droit. Ce dernier passe donc sous la coupe du machiavélique genjii alors que les mages échappent de peu à ce traquenard, entraînant avec eux le pauvre Andros, dont la vie n'a désormais plus d'intérêt aux yeux de son inhumain père.

Source : The Sorcerer's Slave


[ Haut de page | Retour à Snæfellsjökull ]

Dernière mise à jour : 09/09/2017

Compteur

Valid XHTML 1.1 Valid CSS! Page testée (accessibilité) par Ocawa